•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une résidente de New York se souvient du 11 septembre 2001

L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 11 septembre 2020

Une résidente de New York se souvient du 11 septembre 2001

Le 11 septembre 2001 en passe de s'effacer de la mémoire des New Yorkais ?

Les tours jumelles du World Trade Center ont été frappées par deux avions le 11 septembre 2011.
Les tours jumelles du World Trade Center ont été frappées par deux avions le 11 septembre 2011.PHOTO : AFP / Robert GIROUX
L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
L'heure de pointe Toronto/WindsorPublié le 11 septembre 2020

Il y a tout juste 19 ans, deux avions percutaient les tours jumelles du World Trade Center, à New York. Si l'image a marqué le monde entier, le souvenir relié à l'événement semble aujourd'hui s'estomper dans la mémoire collective des New Yorkais. C'est tout au moins l'impression de Béatrice Luvwefwa, une résidente du quartier Brooklyn.

À l'époque, Béatrice Luvwefwa travaille tout prês des deux édifices. Par hasard, elle ne se rend pas à son travail ce mardi 11 septembre 2001. C'est à la télévision qu'elle apprend la nouvelle.

Les gens pensaient que c'était une blague. On disait : "mais quelle sorte de pilote qui fait des tours comme ça". Mais à la fin du compte, on s'était rendu que ce n'était pas une blague, mais que c'était effectivement un attentat, se rappelle-t-elle.

Près de 20 ans plus tard, elle trouve toutefois que l'ambiance n'est pas au souvenir.

Il y a des touristes [...], mais à New York, on ne sent pas que c'était un événement qui a marqué toute la vie de beaucoup de personnes. [...] Peut-être que les gens qui pleurent sont ceux qui ont perdu des membres de leur famille, confie-t-elle.

Elle note d'ailleurs qu'en ce jour de commémorations, peu de gens ont participé aux célébrations officielles.

C'est triste quand même. C'est une chose qui avait uni le monde quand c'est arrivé, déplore Mme Luvwefwa.