•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Comprendre les décisions prises par les compagnies aériennes

L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 18 mars 2020

Comprendre les décisions prises par les compagnies aériennes

La pandémie du coronavirus crée une crise dans le domaine de l'aviation

Un avion de la compagnie aérienne Porter à l'aéroport Billy-Bishop de Toronto.
Porter Airlines a annoncé mercredi l’annulation de ses vols jusqu’au 1er juin.PHOTO : Reuters / Mark Blinch
L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
L'heure de pointe Toronto/WindsorPublié le 18 mars 2020

Les lignes aériennes à travers le monde battent de l'aile en raison de la pandémie du coronavirus. Contrainte par l'isolement social, la population ne remplit plus les sièges.

Porter Airlines a annoncé aujourd’hui l’annulation de ses vols jusqu’au 1er juin. Selon Mehran Ebrahimi, spécialiste de l’aviation et professeur à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal, les lignes aériennes canadiennes auront peut-être à se tourner vers d’autres sources de revenus, comme le rapatriement de Canadiens.

N’empêche, la crise sera catastrophique pour les entreprises canadiennes explique Mehran Ebrahimi, qui est aussi directeur de l’Observatoire international de l'aéronautique et de l'aviation civile. On n’a jamais vu ça dans l’histoire moderne de l’aviation, résume-t-il.

« On ne peut pas imaginer le ciel canadien sans Air Canada, WestJet et Air Transat, et les autres compagnies, si on veut avoir notre souveraineté dans le ciel canadien. Il va falloir les supporter. »

— Une citation de  Mehran Ebrahimi, spécialiste de l’aviation et professeur à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal

Il ne sera pas temps de débattre sur la nécessité de financer des entreprises privées lorsque la pandémie prendra fin. Si les lignes aériennes vont survivre, ce sera entre autres grâce au gouvernement, pense Mehran Ebrahimi.