•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 27 novembre 2019

Rencontre avec la drag queen francophone Jezebel Bardot

Jason Pelletier présente son alter ego, Jezebel Bardot

Publié le 28 novembre 2019
La drag queen francophone de Toronto, Jezebel Bardot.
La drag queen francophone de Toronto, Jezebel Bardot.PHOTO : Radio-Canada / Jonathan Bouchard

Depuis maintenant 5 ans, Jason Pelletier est l'homme qui se cache derrière Jezebel Bardot, la drag queen francophone de la ville reine.

Quand on est une drag queen, on est vraiment une caricature de la femme, affirme-t-il.

Jason Pelletier précise qu'il essaie de le faire de manière respectueuse mais souvent on reçoit beaucoup de critiques déplacées.

« Les femmes qui m’inspirent dans la vie sont des femmes fortes, qu’elles soient célèbres ou pas on a une admiration pour elles. »

—  Jason Pelletier, alias Jezebel Bardot

Il incarne son personnage presque toutes les fins de semaine à Toronto.

Jason Pelletier rappelle jadis que son art en était un de revendication. La série de télé-réalité RuPaul’s Drag Race a permis de le présenter à un nouveau public mais selon moi c’est un couteau à double tranchant, ça a commercialisé l’art de drag queen.

L’artiste indique que 60 % de son salaire de drag provient d’événements corporatifs.

Pour moi, le monde du drag c’est la communauté, ça rassemble aussi les gens pour des oeuvres de charité, ce n’est pas seulement l’aspect commercial, estime Jason Pelletier.

L’heure de pointe reçoit tous les mercredis des artistes locaux du sud ontarien pour en savoir plus sur leur art et leur parcours.