•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Rencontre avec Naomi Nagy, professeure de linguistique à l'Université de Toronto

L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
Rattrapage du lundi 25 novembre 2019

Rencontre avec Naomi Nagy, professeure de linguistique à l'Université de Toronto

Naomi Nagy étudie les variations de langues parlées à Toronto

Naomi Nagy en entrevue à Radio-Canada à Toronto
Naomi Nagy, professeure de linguistique à l'Université de TorontoPHOTO : Radio-Canada / Ramin Pezeshki
L'heure de pointe Toronto, ICI Première.
L'heure de pointe Toronto/WindsorPublié le 26 novembre 2019

Professeure de linguistique à l'Université de Toronto depuis 2008, Naomi Nagy mène un projet de recherche sur les changements linguistiques dans les langues parlées à Toronto.

« On étudie les types de variations de dix langues pour voir comment les langues changent. »

—  Naomi Nagy, professeure de linguistique, Université de Toronto

Nous étudions 3 générations de locuteurs, ceux qui sont immigrants, leurs enfants et leurs petits enfants, souligne Naomi Nagy. Pour ce faire, la chercheuse et son équipe enregistrent les conversations des locuteurs de 10 langues parlées à Toronto pour voir quels genres de variations existent dans chacune de ces langues et si les variations en question sont similaires.

Naomi Nagy se spécialise en sociolinguistique, c’est-à-dire les liens entre l’identité et la manière dont les gens s’expriment. Selon elle, la façon de parler donne aux autres des petits messages sur les personnes.

Native de Montréal, de père hongrois et de mère américaine, Naomi Nagy a d’abord étudié le français et la linguistique à Dartmouth College dans le New Hampshire. Elle a obtenu son doctorat en linguistique à l’Université de Pennsylvanie en 1996.

L’heure de pointe accueille tous les lundis des universitaires du sud de l'Ontario pour en apprendre davantage sur leur carrière et leur champ de recherche.