•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'heure de pointe Acadie, ICI Première.
L'heure de pointe Acadie, ICI Première.
Audio fil du mercredi 4 avril 2018

Place aux contenus francophones à l'ère numérique

Parler « le langage machine » pour promouvoir le contenu francophone

Publié le 4 avril 2018
Destiny Tchéhouali, président de la Société internet du Québec (ISOC Québec)
Destiny Tchéhouali, président de la Société internet du Québec (ISOC Québec) PHOTO : Radio-Canada

À l'ère numérique de la multiplication des contenus, difficile d'assurer une place de choix aux contenus canadiens francophones. Le chercheur Destiny Tchéhouali s'intéresse donc à la « découvrabilité » de ces contenus et aux moyens d'en faire la promotion.

La découvrabilité c’est « la capacité d’un contenu à se laisser découvrir en ligne », explique d’entrée de jeu Destiny Tchéhouali, président de la Société internet du Québec (ISOC Québec).

Celui qui est aussi directeur de l'Observatoire des Réseaux et Interconnexions de la Société Numérique (ORISON) affirme que face à la « suroffre et abondance des contenus culturels », il faut mieux outiller les organismes culturels.

Pour ce faire, il faut changer jusqu’aux métadonnées des oeuvres culturelles pour qu’elles jouissent d’une meilleure visibilité.

Tout le monde n’a cependant pas la littératie numérique suffisante pour comprendre les rouages du monde informatique. M. Tchéhouali croit donc qu’il faille créer une discussion entre le milieu culturel et celui des technologies, afin de pallier « les logiques algorithmiques [et] les logiques des plateformes qui favorisent certains contenus au détriment d’autres. »