•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les perce-oreilles, réellement plus nombreux cette année?

L'heure de pointe Acadie, ICI Première.
Rattrapage du lundi 26 juillet 2021

Les perce-oreilles, réellement plus nombreux cette année?

Les perce-oreilles plus nombreux cette année

Un perce-oreille.
Les perce-oreilles sont présent en plus grand nombre en Atlantique cette année.PHOTO : Pixabay
L'heure de pointe Acadie, ICI Première.
L'heure de pointe - AcadiePublié le 27 juillet 2021

Ce n'est pas qu'une impression; le perce-oreille est présent en plus grande quantité dans nos jardins cette année. Ces petites bêtes, malgré leur nom alarmant, sont relativement inoffensives, ce qui ne les empêche pas de faire peur à bien des gens. Le professeur au département de biologie de l'Université de Moncton, Gaétan Moreau, confirme que leur présence est beaucoup plus grande que les années précédentes.

On a vraiment une année assez incroyable [...] partout on entend parler que les populations sont très élevées en ce moment.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hausse, notamment la météo. Notre hiver plutôt doux ainsi que les temps chauds et humides du mois de juin, lors de la ponte des œufs des perce-oreilles, ont donné des conditions favorables pour ces insectes.

Il ne s’agit pas pour autant d’une infestation.

« Ce n’est pas un organisme qui est considéré comme étant nuisible, c’est un organisme qui est dérangeant, et ça, c’est différent. Les populations vont éventuellement s’autoréguler, si jamais elles vont être trop hautes, il y a du cannibalisme chez les perce-oreilles, donc ils vont commencer à se manger les uns les autres. »

—  Gaétan Moreau, professeur de biologie à l'Université de Moncton

Ces insectes nocturnes peuvent quand même être vus le jour, mais vont souvent être cachés dans leur habitat, donc dans des endroits sombres et humides. Les perce-oreilles sont des détritivores, c’est-à-dire qu’ils mangent des déchets organiques. Donc pas besoin de s’inquiéter pour les plantes et les fleurs dans nos jardins.

Une homme souriant qui parle au micro.

Gaétan Moreau, professeur d'écologie des insectes à l'Université de Moncton

Radio-Canada / Patrick Lacelle

C’est vraiment des insectes qui vont plutôt être attirés par des plantes qui sont mortes, ou en train de mourir. Donc quand on les retrouve sur des plantes ou sous les plantes, ils sont en train de manger plutôt les tissus en décomposition.

Avec les informations d’Amélie Gosselin