•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Mythes et réalités sur le miel

Une cuillère remplie de miel qui coule.
Le miel est surtout créé par les abeilles mellifères. PHOTO : iStock / sans auteur
L'heure de pointe Acadie, ICI Première.
L'heure de pointe - AcadiePublié le 26 mai 2021

Au mois de mai, les abeilles sont célébrées avec une journée mondiale le 20 mai et la campagne No-Mow May. Grâce à leur travail, elles pollinisent les fleurs et elles produisent une substance sucrée appréciée par plusieurs : le miel. Le spécialiste en médecine vétérinaire et pathologie apicole, Scott MacFarlane, répond à cinq mythes au sujet du miel.

Mythe 1 : toutes les abeilles produisent du miel

Scott MacFarlane souligne qu’il existe près de 20 000 espèces d’abeilles sur la planète, mais que très peu produisent du miel. C’est moins de 1%. C’est vraiment plus l’abeille mellifère européenne qui est l’abeille en tête d’une grosse production de miel, ajoute-t-il.

« La plupart des autres espèces de bourdons, guêpes vont produire très peu de substances nutritives, de mélange de pollen et de nectar. C’est seulement pour nourrir le couvain, ce n’est pas pour accumuler des réserves. »

—  Scott MacFarlane, spécialiste en médecine vétérinaire et pathologie apicole
Gros plan d'une reine avec ses abeilles.

Ce sont surtout les abeilles mellifères qui produisent du miel.

Gracieuseté\Scott MacFarlane

Mythe 2 : le miel est un bon sucre

C’est confirmé, le miel est effectivement un bon sucre.

« C’est un sucre qui est produit par le nectar d’une multitude de fleurs de la région et les abeilles ont la capacité, avec des enzymes au niveau buccal, de dégrader ces sucres-là pour en faire du miel. »

—  Scott MacFarlane, spécialiste en médecine vétérinaire et pathologie apicole

Le climat va faire une grande différence sur les miellés,selon Scott MacFarlane. C’est le cas du taux d’humidité. Une journée de pluie suivie d’une journée ensoleillée est là une condition idéale qui permettra aux fleurs de produire du nectar.

Mythe 3 : le miel a toujours le même goût

« Le miel, c’est plus facile de comparer ça à un vin. C’est vraiment un cépage, le miel. »

—  Scott MacFarlane, spécialiste en médecine vétérinaire et pathologie apicole

Le spécialiste en médecine vétérinaire et en pathologie apicole explique que le goût du miel peut changer d’une année à l’autre. Plusieurs facteurs peuvent venir l’influencer, comme la quantité et la variété des fleurs. Ça change toujours les composantes du miel. C’est quasiment comme une empreinte digitale. Chaque année, c’est différent juste un petit peu.

Mythe 4 : le miel ne se gâte jamais

Le miel peut se conserver pendant très longtemps, mais le truc de sa conservation demeure dans le taux d’humidité. La chose qui fait que ça se conserve si longtemps, c’est le taux d’humidité. Tant et aussi longtemps que le miel demeure en bas de 18% du taux d’humidité, le miel peut se conserver pour des décennies.

Scott MacFarlane donne l'exemple de la découverte de tombes égyptiennes où des pots de miel, offerts aux Dieux, ont été trouvés.

Scott MacFarlane debout devant une ruche d'abeilles.

Scott MacFarlane est spécialiste en médecine vétérinaire et pathologie apicole dans la région de Miramichi.

Gracieuseté/Scott MacFarlane

La cristallisation du miel ne signifie pas qu’il n’est plus bon. Il s’agit d’un phénomène tout à fait naturel. On peut l’utiliser quand même, c’est totalement normal.

Mythe 5 : le miel est bon pour les maux de gorge

L’affirmation est vraie. Le miel va apaiser les maux de gorge ou aider à adoucir une gorge sèche.

Un miel naturel, non pasteurisé, peut aussi compter sur de nombreuses propriétés médicinales.
Le miel naturel qui n’a pas été pasteurisé à certainement des propriétés antibactériennes, antifongiques et antivirales, affirme Scott MacFarlane.

Quand les abeilles ont incorporé dans le miel via la propolis, les résines qu’ils vont chercher dans les arbres, il y a beaucoup de produits de phénols et antioxydants, quand ces miels bruts là n’ont pas été pasteurisé, qui sont vraiment bénéfiques à la santé humaine.

Avec les informations d'Anne-Marie Parenteau