•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'heure de pointe Acadie, ICI Première.

Les attraits et les défis de choisir la voiture électrique

Publié le 2 mars 2021
Une voiture électrique est rechargée.
Une voiture électrique à la recharge.PHOTO : Radio-Canada

Le 24 février, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a annoncé un rabais de 3000 $ à l'achat d'une voiture électrique. Le gouvernement fédéral et deux autres provinces canadiennes offrent ce genre d'incitatif financier. Ces rabais encouragent-ils vraiment les consommateurs à se tourner vers les véhicules électriques?

Selon le journaliste automobile, William Clavey, ces rabais sont efficaces et incitent les acheteurs à se convertir à cette nouvelle technologie. Les consommateurs voient d’une part l’économie qu’ils font à l’achat, mais après au niveau des coûts d’utilisation. On va payer beaucoup moins cher les coûts d’utilisation d’un véhicule électrique que ce soit en entretien, en électricité, souligne-t-il.

« C’est un autre fun, c’est très différent qu’une voiture alimenter par l’essence. »

—  William Clavey, journaliste automobile
William Clavey.

Le journaliste automobile, William Clavey.

Radio-Canada

William Clavey vante les qualités des véhicules électriques. Qualités qui peuvent forcément attirer les consommateurs. En termes d’efficacité, la voiture électrique est plus efficace sur tous les points. C’est une mécanique qui est plus douce, c’est instantanné en termes d’accélération, c’est très silencieux et on élimine presque toutes les composantes mécaniques de la voiture thermique.

Attrirer par la technologie

Selon le vice-président des ventes pour les concessionnaires All EV Canada en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard, Jérémie Bernardin, les gens s’intéressent aux attraits technologiques des voitures électriques. Je dirais qu’il y a une grande tranche de la population qui veut aller dans les voitures électriques à cause de l’élément qui est excitant, surtout les Tesla, le niveau de technologie est incroyable. Même sur les autres voitures électriques.

Un homme au volant d'un véhicule regarde son angle mort.

Jérémie Bernardin, vice-président des ventes All EV Canada en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard.

Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Un frein à l’engouement

Même si elles intéressent, les voitures électriques ne sont pas accessibles à tous en raison du coût élevé à l’achat et de la faible résistance des batteries au froid. William Clavey et Jérémie Bernardin soulignent tous deux que des améliorations sont attendues pour propulser la popularité des voitures électriques.

« On a de nouvelles technologies qui s’en viennent. On est comme dans une espèce de phase plate en ce moment où la voiture électrique commence. Elle est encore embryonnaire. »

—  William Clavey, journaliste automobile

William Clavey compare la voiture électrique au téléphone cellulaire. Les premiers téléphones cellulaires étaient très encombrants, ils étaient chers, ils étaient compliqués. Ce n’était pas une technologie très efficace, mais tout d’un coup, ils sont devenus abordables, performants et ils ont carrément remplacé le téléphone filaire. C’est ce qui va se passer avec la voiture électrique, prédit-il.

D’après un reportage de Pauline Abel