•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique Consommation avec Marianne Paquette

L'heure de pointe Acadie, ICI Première.
Audio fil du jeudi 15 février 2018

Chronique Consommation avec Marianne Paquette

Le marketing genré; renverser la vapeur, un achat à la fois.

Un pictogramme d'homme et de femme séparés par des signes de dollars
La taxe rose; des produits et des services destinés aux femmes qui sont vendus plus cher que ceux destinés aux hommes.PHOTO : iStock
L'heure de pointe Acadie, ICI Première.
L'heure de pointe - AcadiePublié le 15 février 2018

Vous avez peut-être déjà remarqué que les magasins sont remplis de produits pour homme et pour femme, un concept qu'on appelle le marketing basé sur le genre. Cette semaine, à la chronique consommation, Marianne Paquette nous invite à y réfléchir.

« Supposer que les besoins des filles sont différents de ceux des gars est souvent une erreur. Ce qui détermine nos achats tient beaucoup plus à notre éducation, nos goûts, nos valeurs, que notre genre. »

— Une citation de  Marianne Paquette, chroniqueuse

Le marketing genré est souvent montré du doigt puisqu’il tend à encourager les stéréotypes. Bien que les consommateurs soient de plus en plus sensibles à ces enjeux, on ne se rend pas toujours compte de ses impacts dans notre quotidien. Pour les marques, c’est surtout une façon de créer des besoins pour multiplier les intentions d’achats. Au lieu de vendre un produit mixte par foyer, on en vend deux.

« Si les gens ne changent pas leur comportement à la caisse, l'offre ne va pas changer. »

— Une citation de  Stéphanie Lebon, chef de marque, agence Havas

Le monde du marketing a encore tendance à véhiculer une vision caricaturale des genres masculins et féminins. Mais à la fin, c’est le consommateur qui décide et pour que ça change, ça prend une implication de tous.