•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'heure de pointe Acadie, ICI Première.

Épistola, une collaboration entre deux artistes et nouveaux pères

Publié le 16 avril 2021
Un exemple d'estampe présentée dans l'exposition Épistola.
En apprenant que Marc-Antoine attendait l'arrivée de son premier enfant pendant la création de leur projet pour Épistola, Blake (lui-même un nouveau père) a suggéré qu'ils considèrent la paternité comme une pierre de touche pour leurs efforts de création. PHOTO : Gracieuseté / Blake M. Morin

La paternité a été un moteur de création artistique pour l'artiste visuel de Moncton Blake M. Morin et l'écrivain québécois Marc-Antoine K. Phaneuf. À distance et sans jamais se rencontrer, les deux hommes ont échangé des lettres, des objets, des images et des poèmes durant trois mois pour mettre en place l'exposition Épistola - Le bon fils: Anticipation et réalisation. Le résultat se veut festif et positif et annonce en même temps le début du Festival Frye à Moncton.

À partir d’échanges virtuels et de correspondances écrites et imagées, les artistes Blake M. Morin et Marc-Antoine K. Phaneuf ont créé l’exposition Épistola - Le bon fils: Anticipation et réalisation.

Formé en Histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, Marc-Antoine K. Phaneuf est artiste, écrivain et commissaire d’exposition. Le choix de la paternité comme base dans leur démarche artistique est arrivé un peu par hasard.

Au début, on cherchait un sujet qui allait nourrir notre intérêt pour les illustrations, les images, les objets. Tous les deux on aime l’idée de l’encyclopédie, du savoir dans nos œuvres. Je tournais autour de ça.

Marc-Antoine K. Phaneuf et son nouveau né.

Le livre de Marc-Antoine, « Carrousel encyclopédique des grandes vérités de la vie moderne », a servi de premier échange de courrier et a influencé à bien des égards toute la correspondance ultérieure.

Gracieuseté / Marc-Antoine K. Phaneuf

Au cours des échanges, l'artiste Blake M. Morin qui s’occupe plutôt de la production de l’exposition, propose à Marc-Antoine K. Phaneuf d’écrire sur la paternité, un sujet qui les concerne tous les deux. L'écrivain accepte.

Ça m’a ouvert une porte. Je ne serai pas allé là tout seul.

Une estampe de l'exposition.

L’esthétique de Blake M. Morin est souvent caractérisée par des images simples et propres, et par des couleurs vives.

Gracieuseté / Blake M. Morin

Monsieur Phaneuf, s’intéresse surtout à l’humour dans la littérature.

« Créer des effets pour amener le spectateur à vivre un moment un peu étrange, essayer de le faire rire, essayer de transformer le poème ou l'aphorisme en blague. C’est devenu un vecteur très intéressant pour parler de paternité. »

—  Marc-Antoine K. Phaneuf, écrivain et commissaire d’exposition au Québec.
Portrait de Marc-Antoine K. Phaneuf.

Marc-Antoine K. Phaneuf a publié quatre livres, dont « Téléthons de la Grande Surface » (Le Quartanier, 2008), finaliste au prix Émile-Nelligan 2009, et « Cavalcade en cyclorama » (Le Quartanier, 2013). Sa plus récente œuvre littéraire, le « Carrousel encyclopédique des grandes vérités de la vie moderne », publiée à La Peuplade à l’automne 2020, rassemble deux mille six cents aphorismes.

Gracieuseté / Laurence Grandbois Bernard

Marc-Antoine K. Phaneuf souligne que la parternité peut être décourageant à cause de la fatigue et de l'apprentissage d'une nouvelle vie. Mais après ça, si on regarde les détails qui sont un peu amusants, ça peut devenir quelque chose qui ressemble à une fête.

Enseignant de biologie de formation, Blake M. Morin est un artiste autodidacte. Il est membre de l’atelier d’estampe Imago et de la Galerie Sans Nom depuis plusieurs années.

L'artiste Blake Morin et sa fille.

La manifestation physique du projet Épistola est une interprétation par Blake M. Morin des observations de Marc-Antoine K. Phaneuf entourant la naissance de son fils et les premiers mois de la paternité.

Gracieuseté / Annie France Noël

« On entend toujours par nos amis, nos familles qu’avoir un bébé ça va être difficile. Bien sûr c’est difficile. Mais on ne parle pas beaucoup de comment ça peut être fun et comment ça peut être une manière de se donner de l’énergie. »

—  Blake M. Morin, artiste visuel de Moncton.
Blake Morin et sa fille.

Épistola signifie épître en français. Ce terme est un mot archaïque, issu du latin et du grec et désigne une lettre (au sens de correspondance).

Gracieuseté / Annie France Noël

C’est à partir de cette idée de joie et d'énergie que Monsieur Morin a souhaité prendre les suggestions de Marc-Antoine K. Phaneuf et les représenter. J’ai trouvé beaucoup de liens avec les sciences, l’information génétique. On parle d’être parent, on passe des informations génétiques dans l’ADN.

Extraits de l'exposition.

Marc-Antoine K. Phaneuf envisage d'utiliser les observations faites pendant cette période dans un futur livre.

Gracieuseté / Blake M. Morin

L’exposition Épistola - Le bon fils: Anticipation et réalisation de Blake M. Morin & Marc-Antoine K. Phaneuf est présentée du 15 avril au 20 mai 2021 à l'Atelier d'estampe Imago au Centre culturel Aberdeen à Moncton.

D'après le reportage d’Anne-Marie Parenteau.