•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un économiste analyse l'impact des mises à pied à Skip The Dishes

L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du mardi 13 septembre 2022

Un économiste analyse l'impact des mises à pied à Skip The Dishes

Les mises à pied des employés à Skip The Dishes vues par un économiste

Un livreur de SkipTheDishes marche dans la rue le 4 janvier 2021 à Moncton au Nouveau-Brunswick.
Un livreur de SkipTheDishes.PHOTO : Radio-Canada / Guy LeBlanc
L'Actuel, ICI Première.
L'actuelPublié le 13 septembre 2022

Environ 350 employés winnipegois de la compagnie de livraison de nourriture Skip The Dishes ont été mis à la porte. Selon le professeur d'économie à l'Université de Saint-Boniface (USB) Faiçal Zellama, « les intérêts organisationnels de l'entreprise sont le profit » et la décision survient dans un contexte d'inflation.

« Cette situation ne me surprend pas. Maintenant on va voir les effets, on va observer des conditions économiques, » dit Faiçal Zellama.

« Avec le multinational, autant que la taille de l’entreprise grandisse, il y a des effets positifs, mais aussi il y a toujours des craintes de non-respect du droit du travail et de certaines pratiques de gestion de ressources humaines dans le pays d'accueil comme ici au Manitoba. »

« L’entreprise a pris sa décision en fonction de ses intérêts, les intérêts organisationnels qui sont le profit », soulève-t-il.

Faiçal Zellama voit d’ailleurs une corrélation entre les mises à pied des employés à Skip The Dishes et le contexte inflationniste.

« L’inflation est à son apogée, le consommateur ici à Winnipeg est un consommateur raisonnable qui fera moins de sorties au restaurant et qui fera moins appel à la livraison. »