•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Lorraine Forbes, bénévole au Musée de Saint-Boniface

L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 20 janvier 2022

Lorraine Forbes, bénévole au Musée de Saint-Boniface

Du bénévolat pour l’histoire des artefacts au Musée de Saint-Boniface

Le musée de Saint-Boniface était l’ancienne maison des Sœurs grises du Manitoba.
Le musée de Saint-Boniface était l’ancienne maison des Sœurs grises du Manitoba.PHOTO : Gracieuseté : Community Connections
L'Actuel, ICI Première.
L'actuelPublié le 21 janvier 2022

Lorraine Forbes est l'une de quatre bénévoles qui travaillent dans les coulisses du Musée de Saint-Boniface. L'objectif est de récolter des informations à propos des artefacts, un travail minutieux qui requiert beaucoup de recherche.

Bénévole depuis l’automne 2016, Lorraine Forbes décrit les étapes de son travail bénévole, devenu une passion et un passe-temps.

« On a un système électronique. J’essaie vraiment d’inscrire le plus d'informations possible. »

« Je rentre des données dans le système. Les informations doivent être détaillées, comme l’année de création [de l’artéfact] et le type de matériel », précise-t-elle.

« Parfois, les informations sont effacées. Il faut les retrouver. C’est comme un travail de détective. »

— Une citation de  Lorraine Forbes, bénévole au Musée de Saint-Boniface
Lorraine Forbes est sur un trottoir. Elle pousse une poussette avec un bébé à l'intérieur.

Lorraine Forbes fait du bénévolat depuis 2016 au Musée de Saint-Boniface.

Photo soumise par Lorraine Forbes

Pour la touche finale, la bénévole doit coudre des numéros pour procéder aux numérotages des artéfacts.

Dans son ensemble, selon la bénévole, le travail est varié : « Je fais de la couture, du catalogage, du classement, du nettoyage d'objets, de l'emballage, bref, tout ce qui peut surgir dans la gestion des collections [du Musée]. »

Lorraine Forbes souligne que « chaque objet a une raison d’être dans la collection ».