•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une hutte pour commémorer les femmes autochtones disparues ou assassinées

L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 14 janvier 2022

Une hutte pour commémorer les femmes autochtones disparues ou assassinées

Une architecte franco-métisse du Manitoba participe à la création d’une hutte

Une structure rouge et orange est déposée sur de la neige. Rachelle Lemieux est à l'intérieur avec son manteau et sa tuque.
En face de la petite patinoire en cercle près des commerces à La Fourche de Winnipeg se trouve la hutte hivernale. Rachelle Lemieux est une architecte franco-métisse. PHOTO : Photo soumise par Rachelle Lemieux
L'Actuel, ICI Première.
L'actuelPublié le 15 janvier 2022

L'architecte manitobaine et franco-métisse Rachelle Lemieux participe à la création d'une hutte hivernale. L'objectif de cette œuvre d'art est de commémorer les femmes autochtones disparues ou assassinées.

« À l'intérieur, il y a trois structures qui vont ensemble pour faire un tout. L’idée c’est que c’est la grand-mère, la mère et la fille travaillent ensemble pour faire une place, honorer et respecter les femmes et les filles autochtones », explique Rachelle Lemieux.

L’aînée autochtone et résidente de Winnipeg Angela Lavallee a mis le projet en oeuvre avec un groupe d'étudiants à l’Université de Winnipeg. L’objectif était de créer une démonstration sociale non violente. Rachelle Lemieux a ensuite vu un appel à candidatures pour participer au projet.

« J’ai envoyé un courriel [à Angela Lavallee] et je lui ai dit : “ Je suis la seule femme architecte autochtone au Manitoba. Je veux travailler sur ce projet ”. »

Le groupe Collective of Voices a été créé et les membres ont rempli une demande de subvention au gouvernement fédéral. Ils ne sont donc pas passés par la voie traditionnelle de la compétition annuelle de huttes à Winnipeg.

« Les femmes autochtones doivent toujours travailler fort pour que les personnes entendent leur voix », soulève Rachelle Lemieux.

Les gens ont accès à deux codes QR à l'intérieur de la hutte. L’un renvoie vers le rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles disparues et assassinées, l’autre au groupe Collective of Voices.