•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Politique provinciale avec Félix Mathieu

L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 8 octobre 2021

Politique provinciale avec Félix Mathieu

Politique manitobaine : un retour dans le passé pour comprendre le présent

Brian Pallister assis à un bureau de conférence de presse.
Le premier ministre du Manitoba Brian Pallister en conférence de presse. PHOTO : La Presse canadienne / David Lipnowski
L'Actuel, ICI Première.
L'actuelPublié le 9 octobre 2021

Cette semaine, l'ancien premier ministre du Manitoba Brian Pallister a remis sa démission en tant que député provincial de Fort Whyte. Il quitte le Palais législatif du Manitoba après neuf ans comme député alors qu'il aurait pu siéger encore pendant deux autres années.

Tout porte à croire que l’ancien premier ministre aurait eu du mal à jouer le rôle de matelot alors qu’il était capitaine du navire. Mais selon Félix Mathieu, professeur en sciences politiques à l’Université de Winnipeg et chroniqueur de la politique provinciale, ce n’est pas tout!

Pour mieux analyser la situation, un retour vers les années 80 s’impose. En 1981, l’ancien premier ministre progressiste-conservateur de l’époque, Sterling Lyon, a perdu l'élection provinciale, mais a décidé de demeurer en tant que chef de l'opposition jusqu'en 1983, lorsque Gary Filmon a pris la relève. Cependant, Sterling Lyong n'a pas quitté la politique et a demeuré au Palais législatif en tant que député pendant trois ans, avant de prendre sa retraite en 1986. Cette décision a eu un impact sur le nouveau chef du parti progressiste-conservateur, Gary Filmon, qui a eu de la difficulté à imposer son leadership, selon Félix Mathieu, tant que Sterling Lyon était toujours présent.

« Brian Pallister a complètement quitté la scène politique afin de laisser à son parti la chance d'être élu lors des prochaines élections, et pour cela, il faudrait que la mauvaise image de Pallister soit oubliée. »

—  Félix Mathieu, professeur en sciences politiques à l’Université de Winnipeg et chroniqueur de la politique provinciale.