•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'Actuel, ICI Première.
L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 14 juillet 2021

Démission de la ministre des Relations avec les Autochtones et le Nord

Wab Kinew réagit à la démission de la ministre Eileen Clarke

Publié le 15 juillet 2021
Un homme vêtu d'un veston de couleur sombre et d'une chemise blanche, à l'extérieur, une journée ensoleillée.
Wab Kinew, chef du Nouveau Parti démocratique du ManitobaPHOTO : Radio-Canada / Daniel Gagné

Le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba (NPD), Wab Kinew réagit à la démission de la ministre manitobaine des Relations avec les Autochtones et le Nord, Eileen Clarke et avance même une tendance du Parti progressiste-conservateur à s'opposer au leadership du premier ministre Brian Pallister.

« Pour moi [la démission de Mme Clarke] est plutôt une décision politique qu’une décision de principe », explique le chef de l'opposition.

« Ça à l’air d’une tendance chez les progressistes-conservateurs où ils veulent pousser Brian Pallister à quitter son poste avant l’automne. »

—  Wab Kinew, le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba (NPD)

Brian Pallister est premier ministre du Manitoba depuis 2016. Il a été réélu avec un gouvernement majoritaire pour un deuxième mandat en 2019 dans le cadre d’une élection anticipée.

Wab Kinew n’est pas surpris des propos récents tenus par le premier ministre. Celui-ci a affirmé que « les gens qui sont venus dans ce pays avant qu'il ne soit un pays [...] ne sont pas venus ici pour détruire quoi que ce soit. Ils sont venus ici pour construire ».

Le chef de l’opposition note que ce discours est une erreur répétée. « Brian Pallister ne peut pas apprendre de ses fautes parce qu’il ne croit jamais qu’il a fait des fautes », déplore Wab Kinew.

« Tout le monde sait que les peuples autochtones et métis étaient là pour construire ce pays et pour construire le Manitoba avec tous les autres qui sont venus ici », fait-il valoir.

Par ailleurs, le chef de l’opposition espère que la province appuiera la Première Nation crie de Tataskweyak. Celle-ci a déclaré l'état d'urgence après plusieurs décès et incidents récents.