•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Facture salée pour un étudiant étranger à Winnipeg

L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du mardi 13 juillet 2021

Facture salée pour un étudiant étranger à Winnipeg

Des difficultés financières supplémentaires vécues par les étudiants étrangers au Manitoba

Des étudiants marchent près d'une université en automne.
Le ministre de l’Éducation du Manitoba, Kelvin Goertzen, affirme que le Manitoba a un coût de la vie avantageux, et des droits de scolarité parmi les plus bas en dehors des provinces maritimes. Ainsi, le Manitoba n’a pas besoin d’incitatifs supplémentaires pour attirer les étudiants de l’étranger, dit-il.PHOTO : La Presse canadienne / Darryl Dyck
L'Actuel, ICI Première.
L'actuelPublié le 15 juillet 2021

Le directeur général de l'Association étudiante de l'Université de Saint-Boniface (USB), Beydi Traore, témoigne des difficultés financières supplémentaires vécues par les étudiants étrangers depuis qu'ils n'ont plus accès à une carte de santé du Manitoba.

Le cas de Calvin Lugalambi, un étudiant d’origine ougandaise qui doit rembourser une dette de 123 000 $ après avoir été opéré d’urgence et avoir contracté la COVID-19, soulève à nouveau la situation précaire dans laquelle les étudiants étrangers peuvent se retrouver.

Quoique la somme à rembourser l’a surpris, Beydi Traore avoue que ce n’est pas la première fois qu’il entend « ce genre de cas-là ».

En 2018, sous l’actuel premier ministre Brian Pallister, le gouvernement manitobain a aboli les soins de santé universels pour les étudiants étrangers.

M. Traore estime que « beaucoup de problèmes » se sont posés pour les étudiants étrangers à la suite de cette abolition.

« À l’Association étudiante de l’Université de Saint-Boniface, on a recherché une autre assurance afin que les étudiants aient accès aux soins de santé pour remplacer ceux offerts par l’assurance de la province », explique-t-il.

« Avec les frais de scolarité qui sont déjà énormes, les étudiants [étrangers se retrouvent] avec des frais d’assurance qui se chiffrent à plus de 900 $ par année. »

—  Beydi Traore, directeur général de l'Association étudiante de l’Université de Saint-Boniface (USB)

Parfois, les assurances couvrent seulement la période du calendrier scolaire, dépendamment de la compagnie d’assurance et de l’université.

« Les étudiants qui viennent de graduer et qui doivent attendre leur permis de travail pour pouvoir demander l’assurance [pour les soins de santé] de la province se retrouvent la plupart du temps sans assurance pour cette période de temps », souligne Beydi Traore.

L’Université de Saint-Boniface offre aux étudiants la possibilité d’obtenir une assurance mensuelle renouvelable « même s’ils ne sont plus aux études et même s’ils attendent pour un permis de travail ».