•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'Actuel, ICI Première.
L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du lundi 31 mai 2021

De la prison à la liberté l’organisme Future hope un trait d’union depuis 20 ans

Devenir membre actif et productif de sa communauté après la prison

Publié le 2 juin 2021
Une bannière dont l'écriture Future Hope est entourée de deux mains avec les ménottes brisées.
L’organisme Future hope vient en aide aux ex-détenus pour leur réinsertion dans la société.PHOTO : Futurehope.ca

Depuis 20 ans, l'organisme de bienfaisance Future Hope accompagne les anciens prisonniers pour leur réinsertion réussie dans la société.

L’organisme publie un recueil de 75 témoignages pour marquer ses 20 ans de services auprès d'ex-détenus. C'est 75 des gens qui sont passés par nos programmes et qui racontent leur cheminement et puis la différence que notre programme a pu faire dans leur vie, dans leur réelle situation dans la société, de façon très positive, indique Louis Balcaen, membre du conseil d'administration de l’organisme Future Hope et président du comité de collecte de fonds. Il est également bénévole visiteur de prison depuis plus de 17 ans.

Future Hope offre ses services aux anciens prisonniers qui n'ont personne pour les appuyer, qui sont sans famille et sans assez de possibilités de se retrouver un nouvel emploi, comme l'explique M. Balcaen.

« Il y a un tiers des gars qui sortent de prison et puis ils vont y retourner, parce qu'ils ont manqué d'appui et ils sont retournés dans le milieu qui les a mis dans le trouble pour commencer. »

—  Louis Balcaen, membre du C.A. de Future Hope

Une réintégration réussie dans une communauté devient un investissement à l'humain qui en bénéficie, mais aussi à l'économie, selon M. Balcaen. Un participant aux services de l’organisme Future Hope coûte à peu près 12 000 $ par année. « C'est 10 fois moins » que le coût fédéral de l'incarcération, fait noter M. Balcaen.

Le président du comité de collecte de fonds rappelle que l'organisme maintient ses activités grâce au soutien des donateurs et bailleurs de fonds. On veut continuer à bâtir un fonds d'un million de dollars qui va sécuriser le financement de nos programmes à long terme, précise M. Balcaen.