•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'Actuel, ICI Première.
L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 21 avril 2021

Monde virtuel vs réel :  comment cultiver la capacité d’émerveillement des enfants

Moins d'écrans pour les enfants afin de les connecter au monde réel

Publié le 22 avril 2021
Une jeune enfant assise sur un canapé en train de regarder l'écran d'une tablette électronique.
Les écrans prennent une place grandissante dans la vie des jeunes.PHOTO : iStock

Docteure en sciences de l'éducation et en psychologie, autrice du livre Pour un retour à la réalité, conférencière et mère de quatre enfants, Catherine L'Écuyer se dit préoccupée par la perte du désir naturel d'apprendre chez les enfants qui passent plusieurs heures devant les écrans.

Les enfants, les jeunes sont habitués à un monde qui est très rapide, très accéléré, qui ne correspond pas au rythme canal du monde réel, déplore Mme L’Écuyer. Elle rappelle que selon plusieurs études, le monde virtuel déconnecte les enfants de la réalité et développe en eux « l'inattention, l'impulsivité et la diminution de vocabulaire ».

« On observe de plus en plus d'appareils numériques dans les mains de nos enfants de plus en plus jeunes [...] Moi, je fais une plaidoirie pour un retour à la réalité. »

—  Catherine L’Écuyer, docteure en sciences de l’éducation et en psychologie

L'autrice du livre Pour un retour à la réalité reconnaît que la technologie est devenue incontournable pendant la pandémie, mais qu'il revient aux parents de juger la pertinence des contenus numériques sur lesquels leurs enfants passent du temps. Il est évident que nos enfants, une fois rentrés dans ce monde-là, ils n'en sortent plus. C'est comme un labyrinthe, en fait, pour eux, clarifie Mme L’Écuyer.

Les effets néfastes des écrans sur les enfants devraient être pris au sérieux par les parents, suggère la docteure en sciences de l’éducation et en psychologie. Elle indique que « l'Académie américaine de pédiatrie et la Société canadienne de pédiatrie recommandent que les enfants de moins de deux ans ne voient aucun écran et que de deux à cinq ans, ça soit moins d'une heure ».