•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'Actuel, ICI Première.
L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 24 février 2021

Hommage à une mère courageuse, Louise-Marie Akiki

Hommage à Louise Marie Akiki, une femme qui « oubliait sa peine pour s'occuper des autres »

Publié le 26 février 2021
Oumou Diarra et Louise Marie Akiki dans la cuisine devant le plat de bananes plantains frites au poulet.
Oumou Diarra (à gauche) déplore le départ de son amie Louise Marie Akiki (à droite) décédée le 10 février 2021.PHOTO : Radio-Canada / Colombe Fortin

Le 10 février s'en est allée une mère courageuse, une femme dévouée pour les autres. Louise Marie Akiki, présidente du club des aîné.e.s de l'Accueil francophone s'était engagée à faire sortir de l'isolement les personnes âgées immigrantes du Manitoba.

Oumou Diarra a fait la rencontre de Louise Marie Akiki à son lieu de travail. Les deux femmes se sont vite liées d’amitié.

« Malgré toutes les difficultés qu'elle avait; côté santé, elle se déplaçait. Elle oubliait sa peine pour s'occuper des autres. »

—  Oumou Diarra, amie de Louise Marie Akiki

Décédée 10 ans après son arrivée au Canada, Louise Marie Akiki a ouvert une grande porte pour les aînés qui étaient isolés, raconte Oumou Diarra. Elle s'est battue pour que ces personnes là, qui sont arrivées ici enfermées à la maison puissent sortir, être productives, être entre elles pour discuter avec d'autres personnes pour ne pas sentir le manque de leur pays, de leur maison d'origine, poursuit-elle.

Autre combat mené par Louise Marie Akiki, réfugiée originaire de la République démocratique du Congo : faire venir au Canada tous ses orphelins « ses enfants comme elle les appelait » qui étaient restés en Afrique, rappelle Oumou Diarra. C'était son souci majeur, ajoute-t-elle en précisant que Louise Marie Akiki a pu faire venir une quinzaine de ces orphelins.

On va lui rendre l'hommage qu'elle mérite pour la postérité parce qu'elle a fait beaucoup pour nous, conclut Oumou Diarra.