•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'Actuel, ICI Première.
L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 15 mai 2020

Journée internationale des familles

La COVID-19 démonte le filet de sécurité autour des parents, selon une experte

Publié le 15 mai 2020
Des parents s'amusent avec le bébé de la famille.
Une famille avec deux enfantsPHOTO : iStock

Dans le but de souligner l'importance de la famille, cellule de base de la communauté, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 15 mai une Journée internationale des familles. Cette année, la célébration de la famille mène à une réflexion autour des perturbations qu'elle subit en raison de la pandémie de COVID-19.

Depuis 1993, il est rappelé aux gouvernements, en cette Journée internationale des familles, de prévoir assez de programmes pour soutenir les familles. Le soutien familial vient, en premier lieu, des membres de famille ainsi que de la communauté autour d'elle. En cette période de la crise de COVID-19, le soutien familial est chamboulé, comme le déplore Francine de Montigny, professeure au département des sciences infirmières de l'Université du Québec en Outaouais. Elle est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles.

« Ce que les gens disent qu'ils prenaient pour acquis avant; les calins et la proximité de la famille, ce n'est plus des choses qui vont être prises pour acquises. C'est des choses qui vont être beaucoup plus précieuses, qu'ils vont apprécier au quotidien, ces moments-là en famille, parce que la rareté les a rendus bien plus précieux. »

—  Francine de Montigny, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles

En prenant l'exemple de la naissance d'un enfant, considérée comme un des événements qui marque une famille, Mme de Montigny note que le confinement est en train de défavoriser les nouveaux parents. La distanciation physique les prive de l'appui des grands-parents. La fatigue, c'est le premier ingrédient qui peut affecter la santé mentale en termes de dépression. Les parents reposés vont être plus patients, moins irritables, plus confiants à eux-mêmes, indique Mme de Montigny.

L'experte conseille aux grands-parents de trouver les moyens de garder le lien affectif avec leurs petits-enfants, même à distance, car les grands-parents nous disent qu'ils ont en train de perdre des semaines de vie de leurs petits-enfants. Mme de Montigny suggère aux grands-parents de chanter souvent ou de raconter une histoire et d'envoyer l'audio à leurs petits-enfants. Ainsi, l'enfant en écoutant souvent la voix, il développe un attachement à ses grands-parents qui va faire qu'ils vont se reconnaître quand ils vont être en présence physique réelle.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir