•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'Actuel, ICI Première.
L'Actuel, ICI Première.
Rattrapage du mardi 26 novembre 2019

Services de traductions gouvernementaux privatisés

La privatisation des services de traductions serait au détriment de la qualité

Publié le 26 novembre 2019
Des livres dans une bibliothèque.
Une baisse possible du nombre de traducteurs à la Ville de WinnipegPHOTO : iStock

La ville de Winnipeg pourrait réduire le nombre de traducteurs dans la prévision de son budget de l'année prochaine. Cette éventualité inquiète déjà les professionnels du domaine au Manitoba ainsi que les francophones, comme l'exprime Charles Leblanc, traducteur, membre de l'Association des traducteurs, terminologues et interprètes du Manitoba.

Traducteur depuis 1986, M. Leblanc soutient que même si la Ville économisait de l'argent en embauchant les traducteurs à contrat à l'externe, elle perdrait beaucoup en la qualité du travail fourni. Il souhaite que la ville embauche les traducteurs manitobains qui vivent la réalité locale pour mieux la traduire.

« Vous avez l'avantage du volume, peut-être, pas nécessairement l'avantage de la qualité. »

—  Charles Leblanc

L'Association des traducteurs, terminologues et interprètes du Manitoba aurait aimé qu'il y ait une reconnaissance de la profession de traducteur, ainsi la ville n'embaucherait pas tous ceux qui se disent traducteurs. Si cette possibilité de baisse du nombre de traducteurs à la Ville de Winnipeg se maintient, le tout dépendra de la façon de recruter les traducteurs, selon M. Leblanc.