•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le journalisme : une histoire de famille sur ICI Première.

Le journalisme, une vocation tardive pour Sophie Thibault

Publié le 6 mai 2021
Sophie Thibault
Sophie ThibaultPHOTO : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Sophie Thibault se destinait à la psychologie, mais lorsqu'elle a entamé ses études de maîtrise, plus rien ne fonctionnait, ce domaine ne la motivait plus. Son père lui a alors conseillé d'essayer le journalisme. « Ça a été le coup de foudre instantané », raconte la cheffe d'antenne du bulletin de nouvelles de TVA, qui a commencé sa carrière à 27 ans.

Son père était plus que compétent en matière de journalisme : Marc Thibault a longtemps été directeur du service de l’information de Radio-Canada. « Ça ne m’a pas aidée d’avoir un père qui s’appelle Marc Thibault. […] Mon père était aimé et craint à d’autres moments. […] Je ne suis pas sûre qu’on voulait la fille dans la boîte de Marc Thibault », explique Sophie Thibault, qui n’a jamais travaillé à Radio-Canada.

En 2002, Sophie Thibault a été nommée la première femme chef d’antenne à la tête d’un bulletin de nouvelles de fin de soirée en Amérique du Nord. « J’ai foncé, même si je tremblais intérieurement », rappelle la journaliste d’expérience, qui a depuis constaté la forte éclosion de femmes journalistes en région.