•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le journalisme : une histoire de famille sur ICI Première.
Le journalisme : une histoire de famille sur ICI Première.
Rattrapage du 5 mai 2021 : La transmission familiale du métier de journaliste

Journalisme et diversité : Rima Elkouri, Michaël NGuyen et Marie-Michèle Sioui

La diversité, un atout pour le journalisme

Publié le 6 mai 2021
Les journalistes Rima Elkouri et Michaël Nguyen regardent la caméra.
Les journalistes Rima Elkouri et Michaël NguyenPHOTO : Radio-Canada

La diversité dans les médias est un phénomène récent au Québec. Un changement de mentalité prend forme, mais très lentement. Trois journalistes issus de la diversité en discutent : Rima Elkouri, chroniqueuse à La Presse dont les parents sont d'origine syrienne, Michaël Nguyen du Journal de Montréal, qui est né en Belgique de parents vietnamiens, et Marie-Michèle Sioui, courriériste parlementaire à Québec pour Le Devoir, qui est d'origine wendate.

« Je crois que le métier de journaliste n’est pas le métier le plus valorisé chez les enfants d’immigrants », affirme Rima Elkouri, dont le frère est devenu médecin, au grand bonheur de ses parents. Cette perception est la même dans la famille de Michaël Nguyen, car son frère et sa sœur sont médecins. Ses parents sont tout de même fiers de ce qu’il est devenu.

Marie-Michèle Sioui a eu à faire face à d’autres défis, dont le fait que son père ait longtemps renoncé à son identité wendate. Elle constate par contre la quasi-absence des communautés autochtones dans les médias au Québec : « Plusieurs communautés sont très bien desservies par leurs propres médias. […] Il existe un réseau qui est l’APTN [Réseau de télévision des peuples autochtones]. L’attrait d’aller dans les médias de masse n’est peut-être pas aussi grand. »

Chose certaine, Michaël Nguyen est persuadé que la diversité fait du bien au journalisme : « Je pense que c’est important, quand on fait du journalisme, d’écrire pour le plus grand nombre. Et justement, si certaines personnes pensent qu’ils se sentiraient plus proches peut-être des médias en ayant des journalistes issus de la diversité, c’est certain que ça peut être une bonne chose, en plus d’apporter un regard différent. »