•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les missions et le travail humanitaire des militaires

Le jour du Souvenir sur ICI Première.
Rattrapage du mercredi 11 novembre 2020

Les missions et le travail humanitaire des militaires

L’opération Laser en CHSLD, une révélation pour les militaires

Gros plan sur le brassard blanc marqué d'une croix rouge.
Le brassard d'un membre de l'armée canadienne lors de la dernière journée de la mission militaire aux CHLSD Nazaire-Piché, à Montréal, le 17 juin 2020.PHOTO : La Presse canadienne / Paul Chiasson
Le jour du Souvenir sur ICI Première.
Jour du SouvenirPublié le 11 novembre 2020

L'opération Laser, qui consistait à déployer des membres des Forces armées canadiennes dans les résidences pour aînés du Québec et de l'Ontario au printemps, a permis aux gens de découvrir un rôle méconnu des militaires. En venant offrir leur aide dans certains établissements en plein coeur de la pandémie de COVID-19, ces fantassins ont démontré leur sens aigu de l'éthique et du devoir, croit l'historien de la guerre Martin Laberge.

Le professeur de sciences sociales à l’Université d’Ottawa rappelle que les militaires possèdent l’expertise pour faire fonctionner une petite société. Leurs interventions dans des zones de conflit où les infrastructures sont déficientes, voire absentes, permettent de cibler rapidement les besoins les plus criants.

Martin Laberge explique aussi que les soldats, qui servent habituellement à l’étranger, ont pu se révéler aux yeux de la population locale en agissant cette fois-ci sur le territoire canadien.

Aider en tissant des liens

Une telle intervention dans les résidences ne pouvait être plus éloignée de la réalité de la caporale-chef Shanie Martin, qui fait partie d’un régiment de blindés.

« J’appréhendais la réaction des résidents, avoue-t-elle. Je me disais qu’ils se demanderaient ce qui se passe en nous voyant débarquer en combinaison. Mais ils savaient qu’on s’en venait, ils l’avaient entendu à la télévision. Ce fut une expérience vraiment positive. »

D’ailleurs, Shanie Martin a tissé de riches liens avec les bénéficiaires de l’établissement où elle a été déployée. Elle compte répéter l’expérience en retournant agir comme bénévole en résidence pour personnes âgées, une fois la pandémie terminée.

Claude Fortin, caporal-chef et technicien médical, a aussi été déployé en centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Il note que le tout s’est bien déroulé, même si ses collègues et lui n'ont pas l'habitude de s'occuper de personnes âgées.