•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Jonction 11-17, ICI Première.
Jonction 11-17, ICI Première.
Rattrapage du lundi 29 mars 2021

Des étudiantes envoient des produits hygiéniques féminins à Fort Severn

Des étudiantes envoient des produits hygiéniques féminins à Fort Severn

Publié le 30 mars 2021
Une coupelle et une serviette hygiénique réutilisables.
Deux étudiantes de l'École de Médecine du Nord de l'Ontario vont envoyer des produits hygiéniques féminins et réutilisables, à la communauté éloignée de Fort Severn.PHOTO : Radio-Canada

Lucie Ménard et Ashley Perreault, deux étudiantes de deuxième année à l'École de médecine du Nord de l'Ontario (EMNO) amassent des fonds pour envoyer des produits hygiéniques féminins réutilisables à la communauté autochtone de Fort Severn, le point le plus Nord de l'Ontario, un endroit seulement accessible par avion.

Elles notent que le coût d'une simple boîte de tampons peut s’élever à plus de 45 dollars, puisque ces provisions doivent faire le voyage aérien avant de se trouver sur les étagères des magasins. Ultimement, cette barrière financière empêche plusieurs femmes dans des régions éloignées d'avoir accès adéquat à ces produits hygiéniques. Les deux étudiantes ont remarqué ce manque d'accès lors d'un stage dans la région.

« Parfois, les gens doivent se demander si elles veulent acheter des produits hygiéniques, ou si elles veulent acheter autre chose d’essentiel. On ne trouve pas ça juste, que quelqu'un doive décider de dépenser [ou non] leur argent sur des produits sanitaires. »

—  Lucie Ménard, étudiante à l'École de Médecine du Nord de l'Ontario

Les fonds amassés vont être utilisés pour acheter des trousses de produits hygiéniques féminins réutilisables de l'entreprise sudburoise Lady Crimson Cloth.

Les organisatrices espèrent que le projet pourra continuer et desservir d’autres communautés autochtones éloignées dans les années à suivre.