•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Jonction 11-17, ICI Première.
Jonction 11-17, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 26 mars 2021

Le temps des sucres dans le Nord de l'Ontario

Des Franco-Ontariens du Nord acériculteurs maison

Publié le 30 mars 2021
Goûte de sirop d'érable qui tombe dans une chaudière.
La récolte de la sève d'érable fut une aventure sucrée pour des acériculteurs maisons, cette année. PHOTO : iStock

Pour plusieurs, le sirop d'érable c'est un ingrédient sucré, pour simplement verser sur des crêpes ou bien des gaufres. Mais pour plusieurs, c'est une bonne raison pour passer du temps en plein air, en compagnie d'êtres chers. Des acériculteurs amateurs franco-ontariens décrivent leurs activités.

Lynn Despatie de Sudbury s’est lancée avec sa famille dans cette aventure sucrée il y a quelques années avec 6 arbres entaillés au centre-ville de Sudbury. Cette petite érablière qu'elle appelait, la sucrerie urbaine. Cette année, elle et sa famille ont acheté un terrain sur l'Île Manitoulin. Lynn suit les traces de son arrière-grand-père, qui fut le propriétaire de l'ancienne sucrerie Despatie à Hanmer.

« En ayant la nouvelle propriété, et le temps grâce à la pandémie, nous avons sauté de 6 arbres à 23 arbres cette année. »

—  Lynn Despatie
Famille de quatre devant une chaudière dans un érable.

La famille Despatie et un des érables entaillés. La récolte de la sève est devenue une activité très populaire chez les enfants. Ils ont maintenant, 23 arbres entaillés dans leur cour, sur l'Île Manitoulin.

Radio-Canada / Lynn Despatie

La jeunesse s'intéresse aussi à ce domaine. Olivier Bonin-Ducharme, un adolescent de 17 ans de New Liskeard s’est aussi initié à l’acériculture cette année. Son oncle lui a montré comment récolter de la sève. Il a commencé cette année, à le faire lui-même, en commençant par un seul érable. Olivier remarque qu'il ressent beaucoup de satisfaction et de tranquillité en se promenant le long de son petit chemin, pour vérifier à quel point la chaudière déborde.

« C'est calme, paisible et slow. C'est tellement intéressant de faire la petite marche et de voir combien de sève s'accumule dans le bocal. »

—  Olivier Bonin-Ducharme, jeune acériculteur maison

Olivier veut produire assez de sirop pour pouvoir en offrir en cadeau aux membres de sa famille.

Jean-Marie Wissell et Christine Viens,de Sault Ste. Marie entaillent de façon artisanale 60 érables. Depuis 1993, le couple note dans un journal de bord la météo, l’ensoleillement, l’ébullition de la sève.

Ils valorisent principalement l'aspect de rassemblement lors de la récolte de la sève. Ils aiment leurs journées en plein air, pendant lesquelles des amis et bénévoles passent leur temps à bouillir la sève pour obtenir un sirop épais et délicieux.

« On va chercher les sourires. Tu sors de la fin d'hiver, faire quelques bouilles, en passant toute une journée dehors. »

—  Jean-Marie Wissell, acériculteur artisanal à Sault Ste. Marie
Couple et un chien dans leur structure d'ébullition de sève d'érable.

Jean-Marie Wissell, Christine Viens et leur chien, Félix. Ils sont installés près du hangar à bois, et du mécanisme d'ébullition de sève.

Radio-Canada / Jean-Marie Wissell

Le couple espère renouer avec leur rassemblement traditionnel.