•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Jonction 11-17, ICI Première.
Jonction 11-17, ICI Première.
Rattrapage du mardi 16 février 2021

Réaliser son rève d'appartenir une ferme d'alpaga dans le Nipissing Ouest

Les alpagas de la ferme au toit bleu

Publié le 17 février 2021
Un alpaga mâche du foin.
Les premiers alpagas ont fait leur arrivée au Canada dans les années 80. À cette époque, ils étaient recherchés pour leur rareté plutôt que pour leur laine. PHOTO : Reine-Aimée Nadon

Une propriétaire de 55 alpagas à Cache Bay cherche à en vendre quelques-uns afin de libérer un enclos qui lui permettra de faire l'élevage de la relève.

Mon but aujourd’hui ce serait de réduire surtout les mâles et d’avoir des petits, des crias, [...] parce que ce qu'il va arriver, c’est qu’ils vont vieillir et je n'aurai pas de relève, raconte la fermière Reine-Aimée Nadon.

Plus d'une douzaine d'alpagas s'approchent de Reine-Aimée.

Reine-Aimée Nadon nourrit ses alpagas.

Reine-Aimée Nadon

La laine des alpagas varie selon leur âge, mais est toujours rentable, explique Reine-Aimée Nadon. On peut y fabriquer des foulards, allant jusqu’aux feutres de bottes d’hiver.

Comme Reine-Aimée Nadon n’a toujours pas baptisé sa ferme, elle la désigne par la grange au toit bleu, qui pourrait un jour devenir son nom officiel.