•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Yves Rousseau, un pionnier du biathlon

Yves Rousseau tient l'affiche entre ses mains.
Yves Rousseau s'est retrouvé sur une affiche des championnats canadiens de biathlon. PHOTO : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau
Publié le 14 février 2020

C'est dans les Forces armées canadiennes qu'Yves Rousseau a découvert le biathlon, un sport d'hiver combinant le ski de fond et le tir à la carabine. Il a fait partie de l'équipe nationale de biathlon de 1980 à 1986.

Bien en évidence dans l’entrée de sa maison de Thessalon, une photo de Myriam Bédard signée « à Yves lui aussi un pionnier du biathlon ». La dédicace de la triple médaillée olympique en biathlon démontre la marque laissée par Yves Rousseau dans le sport. Il a aussi soigneusement accrochées ses médailles au chambranle de l’entrée.

Une photo encadrée de la biathlète en action posée au mur.

Myriam Bédard estime Yves Rousseau comme un pionnier du biathlon dans sa dédicace.

Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

À la veille des Jeux Olympiques de Lake Placid en 1980, des équipes américaines s’entraînent au Québec à cause du manque de neige au sud de la frontière. C’est d’ailleurs, à ces Jeux d’hiver que les organisateurs ont eu recours pour la première fois à l’utilisation de la neige artificielle. Des canons à neige ont permis d'assurer le bon déroulement des compétitions.

« Je n’avais jamais fait de ski de fond avant d’entrer dans les forces [armées canadiennes]. »

— Une citation de  Yves Rousseau

Parfaitement bilingue, Yves Rousseau avait été désigné pour accompagner les américains s'entraînant dans les sentiers sur la base des Forces canadiennes Valcartier. C'est là que biathlète en lui a alors vu le jour.

Yves Rousseau pointe ses médailles accrochées au chambranle de son entrée.

Yves Rousseau est fier de ses accomplissements comme biathlète canadien.

Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

Yves Rousseau a arrêté de pratiquer le biathlon, car il n’arrivait plus à suivre ces deux filles, aujourd’hui âgée de 17 et 19 ans, raconte-t-il en riant. Shilo et Chandra Rousseau participent aussi à des épreuves de ski de fond.

Il suit attentivement ses filles évoluées sur les pistes et dans les champs de tire. Il constate que la pratique du sport est de plus en plus onéreuse. Yves Rousseau estime que le soutien financier des fédérations sportives n’a pas suivi l’évolution des coûts pour la compétition dans les 30 dernières années.

Il est possible de compétitionner de plus en plus jeunes, ce qui rend le calibre beaucoup plus compétitif, selon lui. Yves Rousseau s’attriste toutefois d’assister à une surspécialisation des athlètes.



Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser