•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Des nouvelles du KRTB avec Jérome Lévesque-Boucher

Info réveil, ICI Première, Éric Gagnon
Audio fil du mercredi 14 février 2018

Des nouvelles du KRTB avec Jérome Lévesque-Boucher

Des croisiéristes à Kamouraska?

Le navire «Vent-des-Îles» vogue sur le Saint-Laurent.
Le navire «Vent-des-Îles» appartenant aux Croisières Lachance.PHOTO : Québec Original
Info réveil, ICI Première, Éric Gagnon
Info-réveilPublié le 14 février 2018

Le quai Taché de Kamouraska est, depuis plusieurs années maintenant, en mauvais état. Malgré tout, la Corporation du patrimoine maritime du Kamouraska fait appel à Tourisme Québec pour accueillir des croisiéristes dans la municipalité qui fait partie de la courte liste des plus beaux villages du Québec.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Toutefois, avant que le projet ne se réalise, la réfection du quai Taché doit être finalisée. Kamouraska désire donc demander l'aide de Québec et d'Ottawa pour compléter les réparations qui sont évaluées à 1,2 M$. Le maire de Kamouraska, Gilles Michaud, affirme que la communauté est prête à investir des sommes considérables.

« La municipalité met 300 000 $ sur la table. Patrimoine maritime Kamouraska ajoute 100 000 $. Avec un projet financé à 33 % par chacun des deux gouvernements, on y serait. »

— Une citation de  Gilles Michaud, maire de Kamouraska

Gilles Michaud affirme que la réfection du quai est inévitable. « Il n'est plus apte à recevoir des bateaux. Alors c'est un peu la poule ou l'oeuf : les croisiéristes vont venir s'il y a un quai et le quai va être rénové s'il y a un intérêt. »

« On a hâte! »

Bonne nouvelle pour le maire : les croisiéristes sont enthousiastes à l'idée de jeter l'ancre « là où il y a du jonc au bord de l'eau ». Maryse Camirand, vice-présidente des Croisières M/S Jacques-Cartier, y voit un fort potentiel d'attractivité.

Kamouraska

Le mot Kamouraska tire ses origines d’une langue algonquienne et signifierait « là où il y a du jonc au bord de l’eau », le jonc étant l’une des plantes que l’on dénomme aujourd’hui communément et sans trop de distinction « le foin de mer ».

Source: Ville de Kamouraska

« On a hâte, je vous le dis! On a hâte de faire découvrir Kamouraska à nos clients. Le terroir, la beauté des paysages : on sent que Kamouraska a bien identifié le potentiel de ses quais »

— Une citation de  Maryse Camirand, vice-présidente des Croisières M/S Jacques-Cartier

Toutefois, Maryse Camirand insiste pour dire qu'accoster à Kamouraska représente tout un défi. « Il faut savoir qu'on ne peut pas y accoster quand on veut. Impossible de le faire à marée basse. Il faut voir comment on pourrait adapter ça quand le quai sera réparé. »

Dominique Lachance, co-propriétaire des Croisières Lachance, donne un son de cloche similaire. Naviguer dans ce secteur est plutôt difficile et il faut un quai apte à accueillir un navire de croisière. En revanche, il y voit aussi une belle opportunité d'affaires.

« Nous avons eu des demandes dans le passé pour aller à Kamouraska. C'est certain qu'avec un quai capable d'accueillir un de nos bâteaux, on voudrait y aller. »

— Une citation de  Dominique Lachance, co-propriétaire des Croisières Lachance

Les commerces prêts à miser gros

Le maire de Kamouraska, Gilles Michaud, a participé à une rencontre au sujet du quai avec des gens d'affaires de Kamouraska le mois dernier. « Tout le monde a de bonnes idées. La clé, ça va simplement être de travailler ensemble », affirme-t-il.

« L'idée, c'est de dynamiser le secteur des quais. On ne veut pas que ça demeure simplement deux structures dans le Saint-Laurent. »

— Une citation de  Gilles Michaud, maire de Kamouraska

La Corporation du patrimoine maritime du Kamouraska aimerait commencer les travaux au printemps 2019. D'ici là, toute la communauté se croise les doigts pour avoir des réponses positives de Québec et Ottawa.