•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Info réveil, ICI Première.
Info réveil, ICI Première.
Audio fil du mardi 17 septembre 2019

Mouvement pour augmenter les prestation d'assurance-emploi

Prestations de maladie: la campagne 15 semaines poursuit sa lutte

Publié le 17 septembre 2019
Un ou une malade sur un lit d'hôpital. On ne voit que son poignet et son tube de soluté.
Cela fait maintenant dix ans que Marie-Hélène Dubé, instigatrice de la campagne «15 semaines», se bat pour que les prestations en cas de maladie soient bonifiées.PHOTO : iStock

Depuis 10 ans, la campagne 15 semaines dénonce qu'en cas de maladie, les Canadiens ne profitent que de 15 semaines de prestations d'assurance. Marie-Hélène Dubé, à l'origine de cette initiative, demande toujours à ce que le programme soit bonifié, lui qui demeure inchangé depuis 1971.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Depuis qu'elle a décidé de faire de cette cause son combat, Marie-Hélène Dubé a vu passer quatre législatures à Ottawa. Sept projets de loi visant à bonifier le programme de prestations ont été présentés. Plus de 607 000 Canadiens ont signé sa pétition.

On n'a toujours rien. Il y a toujours une volonté politique qui dit que oui, il faut [modifier] cette loi. On a toujours de belles paroles, de belles promesses. Malheureusement, concrètement, les choses n'ont pas bougé. [...] C'est ridicule, laisse tomber Mme Dubé.

Du même souffle, elle rappelle que bien d'autres prestations ont été bonifiées depuis. Le congé de compassion a été amendé, la prestation pour les proches aidants, les prestations pour enfants malades. Tout ça est très bien, mais on se demande pourquoi les prestations de maladie, elles, n'ont pas été bonifiées, se questionne l'instigatrice de la campagne.

La principale intéressée affirme que le ministre Duclos s'était par ailleurs engagé, en septembre 2016, à ce que les prestations soient revues. Mais là, on est en campagne électorale et on est toujours au même point, ajoute Mme Dubé.

Marie-Hélène Dubé en entrevue au Téléjournal Acadie.

Marie-Hélène Dubé a dû lutter contre trois cancers au cours de sa vie.

Radio-Canada

Des explications?

Au cours des dix dernières années, Mme Dubé a fréquemment eu l'occasion de présenter ses doléances à des politiciens, y compris des ministres. Elle peine à saisir les raisons qui expliquent que la situation soit au point mort. Est-ce que j'obtiens des réponses qui sont vraiment satisfaisantes? Non, précise-t-elle.

« Le directeur du budget, en avril 2019, a produit un rapport d'évaluation des coûts pour [modifier] la loi et faire passer les prestations de 15 à 50 semaines. On voit que oui, c'est possible, à partir des cotisations d'assurance-emploi. Ce serait vraiment un changement minime. »

—  Marie-Hélène Dubé, instigatrice de la campagne 15 semaines

Quant à ceux qui disent à Mme Dubé que les régimes d'assurances privées peuvent représenter une solution, Mme Dubé rétorque. Je suis en faveur des assurances privées...pour les gens qui, justement, sont assurables! [...] Le Canada a toujours été un pays qui [prend] soin des gens. On doit avoir un filet social, dit-elle.

Si on regarde les pays du G7, on est le seul pays qui donne moins d'un an de prestations. Tous les autres donnent entre un et trois ans. [...] Aucune demande à ce [sujet] ne sera déraisonnable, conclut Mme Dubé.

L'instigatrice de la campagne de sensibilisation espère que les partis fédéraux s'engageront à corriger le tir au cours de la campagne électorale. Celles et ceux qui désirent davantage d'informations sont invités à consulter le site internet officiel de la campagne 15 semaines.