•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Info réveil, ICI Première.
Info réveil, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 11 mars 2021

Entrevue avec Marc Parent et Sylvie Vignet

Un an de pandémie au Bas-Saint-Laurent

Publié le 11 mars 2021
Trois drapeaux, du Canada, du Québec et de Rimouski, sont en berne le 11 mars 2021.
Les drapeaux sont en berne à l'Hôtel de Ville de Rimouski.PHOTO : Radio-Canada / Simon Turcotte

Pandémie, confinement, mesures sanitaires... ce que l'on croyait temporaire, en mars 2020, dure maintenant depuis un an. Pendant les 12 derniers mois, la pandémie a chamboulé nos vies et donné lieu à toutes sortes de situations qui sortent de l'ordinaire. Il est question du point de vue municipal avec les maires de Rimouski, Marc Parent, et Sylvie Vignet de Rivière-du-Loup.

Les coûts liés à la gestion de la pandémie de la COVID-19, la Ville de Rimouski estime qu'ils dépassent les deux millions de dollars.

En septembre dernier, l’Est-du-Québec recevait de Québec une enveloppe de 2,3 milliards de dollars pour diminuer l'impact financier lié aux coûts que suscite la pandémie. Cette contribution a effectivement permis de réduire la facture enregistrée par la Municipalité.

Or, Marc Parent rappelle que cette aide ponctuelle a été insuffisante pour couvrir l'ensemble des frais engagés depuis le début de la crise.

« On a permis aux gens de reporter leur paiement de taxe foncière... La perte des revenus d'intérêt [et] il y a eu énormément de dépenses. Du personnel a été engagé pour maintenir les activités dans les différents plateaux sportifs. [On a dû] faire de la désinfection. [On a] des pertes de revenus associées au transport collectif. On peut facilement [évaluer les pertes] à quelques millions de dollars. »

—  Marc Parent, maire de Rimouski

Quant à elle, la ville de Rivière-du-Loup évalue le coût de la gestion de la crise entre trois cents à quatre cent mille dollars depuis le début de la pandémie.

« On ne s'en sort quand même pas si pire, parce qu'on a diminué nos dépenses très vite au moment où on a compris qu'il y avait une pandémie. On est allé avec les services essentiels uniquement. On a perdu peut-être [entre] 300 000 et 400 000 dollars. Parce qu'on n'a pas de services d'autobus ni de [revenus] de stationnement. »

—  Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

En septembre dernier, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) estimait que les pertes dans les finances municipales liées à la pandémie se situent entre 787 millions de dollars et 1,4 milliard de dollars.