•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Info réveil, ICI Première.
Info réveil, ICI Première.
Rattrapage du mardi 2 février 2021

Chronique sport avec René Levesque

L'avenir du complexe multisport de Rimouski

Publié le 2 février 2021
Un dessin de terrain de soccer intérieur
Une esquisse d'un projet de centre multisports dans Lanaudière PHOTO : Radio-Canada

La demande de subvention pour la construction d'un complexe multisport à Rimouski n'a pas été retenue par Québec dans le cadre du Programme d'aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS). Sans argent, pas de projet. Qu'elles sont les avenues afin de le voir se réaliser. René Levesque s'entretient avec le maire de Rimouski, Marc Parent, et le président de l'entreprise Expertise Sports Design LG, Luc Gionet.

On devait y aménager une palestre de gymnastique, un terrain de soccer intérieur afin de répondre aux normes pour la tenue de matchs à 11 joueurs par équipe, ainsi qu'une piste de marche ou de course à deux corridors en surplomb du terrain de soccer.

Des organismes sportifs, le Cégep, l'Université et les écoles auraient pu en bénéficier, tout comme les citoyens et les adeptes de nombreux sports.

Plusieurs municipalités du Québec ont aussi essuyé un refus à leur demande d'amélioration de leurs infrastructures sportives. L'enveloppe de la PAFIRS s'élevait à 294 millions de dollars; les demandes en totalisaient 1,4 milliard.

À la Ville de Rimouski, l'heure est à la réflexion. Le maire Marc Parent affirme qu'il « n'est pas question que la ville paie l'entièreté d'un projet de cette envergure-là. L'impact sur le compte de taxes serait beaucoup trop important. »

« On doit analyser diverses options [...] Est-ce qu'on préfère diminuer l'ampleur du projet, est-ce qu'on désire à regarder à des alternatives? On sait qu'il y a des stades de soccer couverts qui sont construits pour avoir une durée de vie plus courte, mais qui ont des coûts inférieurs. Tout ça va être analysé pour qu'on puisse finaliser l'orientation qui sera prise par le conseil municipal. »

—  Marc Parent, maire de Rimouski

L'entreprise privée pourrait-elle faire partie de la solution? Elle s'engage lorsqu'il est question de patinoires. Québec, Montréal et à Sherbrooke ont des complexes multiglaces gérés par le privé. Or, quand il s'agit d'investir dans des centres intérieurs multisport avec terrain synthétique, c'est le néant.

L'architecte paysagiste, Luc Gionet, travaille dans la planification, la conception et le design d'aménagement de terrains sportifs. Le président de l'entreprise Expertise Sports Design LG (Rive-Sud de Montréal) oeuvre dans le domaine depuis 30 ans et connaît à peu près tous les projets du même type au Québec.

« Pour une compagnie privée, investir dans un projet de centre de soccer multisport intérieur, ça relève un peu du fantasme. »

—  Luc Gionet, président de Expertise Sports Design LG

Selon lui, la construction d'un tel stade intérieur se réalise à la condition où les municipalités et les centres de services scolaires participent à la réalisation du projet.

Voir des villes se doter d'une telle infrastructure sportive, c'est une tendance forte depuis une dizaine d'années.

À court terme, il n'y en aura pas à Rimouski. Mais, il reste d'autres projets dans les cartons de la Ville.