•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Harmonium symphonique : la grande entrevue.
Harmonium symphonique : la grande entrevue.
Harmonium symphonique, une création qui bouleverse Serge Fiori

Rencontre entre Bernard Derome et l'auteur-compositeur-interprète Serge Fiori

Harmonium symphonique, une création qui bouleverse Serge Fiori

Publié le 10 décembre 2020
L'animateur Bernard Derome et l'auteur-compositeur-interprète Serge Fiori sont assis sur la scène de la  Maison symphonique de Montréal.
L'animateur Bernard Derome et l'auteur-compositeur-interprète Serge FioriPHOTO : Radio-Canada

Cette émission se consacre à une rencontre toute spéciale entre l'animateur Bernard Derome et l'auteur-compositeur-interprète Serge Fiori, à l'occasion de la parution de l'album double Histoires sans paroles : Harmonium symphonique, une relecture de l'ensemble du répertoire du groupe Harmonium, qui a connu la popularité durant les années 1970. Serge Fiori se confie sur son processus créatif et sur toute l'émotion suscitée par l'écoute de son œuvre en version symphonique.

Sous l’impulsion du directeur artistique Nicolas Lemieux, les albums Harmonium, Si on avait besoin d’une cinquième saison et L’heptade ont été revisités et adaptés en version symphonique par le chef d’orchestre Simon Leclerc, avec 68 musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM).

« Quand j’ai entendu les premiers arrangements, je me suis complètement effondré en larmes, ça me touche tellement. […] C’est extraordinaire. »

—  Serge Fiori

Jeune, le chanteur n’aimait pas la musique pop de son époque et préférait écouter de la musique classique dès que l’occasion se présentait. « Sans y penser, quand j’ai commencé à faire de la chanson, c’est resté en moi », explique-t-il à Bernard Derome.

Harmonium en concert en Californie.

Harmonium sur la scène du club Starwood, à San Francisco, en octobre 1978

Office national du film du Canada

Ses talents d’auteur-compositeur éclosent lorsqu’il découvre la guitare acoustique à 12 cordes, un instrument qui lui offre plus de possibilités de créer des harmonies et même « une auto-orchestration ». De plus, Serge Fiori est conscient que sa voix de quatre octaves est son principal instrument : « C’est le plus grand plaisir. Je me perds dans ma voix », dit celui qui se considère comme un poète « de l’écriture automatique ».

Histoires sans paroles : Harmonium symphonique pourrait représenter les dernières notes d’une longue carrière pour Serge Fiori : « Je peux vivre dessus longtemps. C’est une des plus belles, sinon la plus belle expérience musicale de ma vie », confie-t-il.

En deuxième partie de cette entrevue, Bernard Derome réunit le chef d’orchestre Simon Leclerc avec Serge Fiori pour discuter du processus créatif ayant mené à l’adaptation en musique symphonique des chansons d’Harmonium.