•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique d'Hugo Lavoie : Le responsable du refuge d'urgence pour itinérants

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 22 janvier 2019

Chronique d'Hugo Lavoie : Le responsable du refuge d'urgence pour itinérants

Dans l'ancien Hôpital Royal Victoria, les itinérants peuvent dormir avec leurs animaux

Un jeune itinérant dort appuyé sur son chien
Un jeune itinérant dort appuyé sur son chienPHOTO : iStock
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 22 janvier 2019

Un nouveau refuge pour itinérants a ouvert dans les locaux de l'ancien Hôpital Royal Victoria. Pour la première fois au Québec, les animaux sont accueillis dans certaines chambres. Hugo Lavoie est allé le visiter.

Le rôle bénéfique des animaux pour la santé mentale des itinérants a été maintes fois démontré.

Le refuge vient donc combler un manque : 80 places sont disponibles pour les itinérants et 20 chambres peuvent aussi accueillir leurs animaux.

Amélie Martel, directrice du bien-être animal à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal, a coordonné le projet de ce foyer avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal.

« Le personnel est composé en majorité d'agents de sécurité. Il y en a qui n’ont jamais eu à gérer d'animaux. On est partis de la base [...] on leur a fourni des gâteries, des petites choses pour que l’animal ne soit pas stressé durant son séjour ici. »

—  Amélie Martel, directrice du bien-être animal à la SPCA de Montréal

Si la plupart ont des compagnons canins, des espèces exotiques pourront aussi être accueillies.

« Des mygales? J’espère que non! [...] Mais s’il y en avait une, on aurait une solution », assure Amélie Martel, directrice du bien-être animal à la SPCA de Montréal.

Éviter le face à face

L’équipe du refuge a tout mis en œuvre pour que les bêtes ne se croisent pas. « S'ils ne se croisent pas, il n'y a pas de chicane », dit Amélie Martel.

Et si un animal est malade, il est mis en isolement. Aucun soin vétérinaire n’est donné sur place.