•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Guillaume Grégoire : Moins se soucier de son gazon

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du jeudi 19 juillet 2018

Entrevue avec Guillaume Grégoire : Moins se soucier de son gazon

Oui, votre gazon jaune est en santé

Gazon jaune
La succession de journées de chaleur accablante et le manque d’eau ont mis à rude épreuve les gazons et les plantes.PHOTO : Radio-Canada
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 19 juillet 2018

Plusieurs villes du Grand Montréal ont invité leurs citoyens à mettre la pédale douce en ce qui a trait à l'arrosage des pelouses. Une mesure habituelle par temps très sec, mais qui nous invite à réfléchir sur le rapport que nous avons avec notre fameux gazon.

Si certains s’acharnent pour avoir une pelouse parfaite, ce n’est pas un comportement généralisé, selon l'agronome et chercheur Guillaume Grégoire.

Il rappelle également que le gazon n’a pas besoin d’être arrosé autant qu’on le pense.

« Le gazon a un mécanisme de survie, un peu comme une hibernation, qu’on appelle la dormance, c’est-à-dire qu’il va ralentir son métabolisme en période défavorable, comme en période de sécheresse ou pendant une canicule. Il va devenir jaune, oui, mais il ne meurt pas », précise l’analyste technique et scientifique pour la Fédération interdisciplinaire de l'horticulture ornementale du Québec.

À maturité, le gazon peut se maintenir en dormance pour une durée de quatre à cinq semaines sans subir de dommages permanents. Et vaut mieux le laisser dans cet état, selon le spécialiste.

En arrosant, disons tous les 10 jours, notre pelouse, nous faisons lever la dormance, et lorsque le gazon séchera, il devra retourner en dormance, ce qui nécessite une consommation d’énergie considérable pour la plante.

Pour M. Grégoire, le gazon demeure un couvre-sol de choix pour les résidences. « C’est une plante pas trop chère qui ne nécessite pas trop d’entretien par rapport à d’autres plantes et qui remplit bien son rôle : stabiliser le sol et prévenir l’érosion. »

L’important, ajoute-t-il, c’est d’utiliser la bonne plante au bon endroit. Il y a des moyens d’avoir un gazon en santé, tout en respectant l’environnement.