•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Prime aux gériatres : Entrevue avec Me Paul Brunet

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mercredi 21 mars 2018

Prime aux gériatres : Entrevue avec Me Paul Brunet

Des gériatres reçoivent une prime pour soigner les patients de 85 ans et plus

Un patient avec son médecin de famille
Un patient avec son médecin de famillePHOTO : iStock
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 21 mars 2018

Après la prime « à la jaquette », celle pour être à l'heure et celle pour assister à une réunion, voilà qu'un autre supplément destiné aux médecins spécialistes fait la manchette. Le Journal de Montréal (Nouvelle fenêtre) rapporte mercredi que les gériatres, spécialisés dans les soins aux personnes âgées, reçoivent un supplément pour soigner les gens de 85 ans et plus, une prime qui sera réévaluée.

« Inconnue du grand public, la prime pour les patients âgés permet aux gériatres de toucher de 45 $ à 55 $, en plus des honoraires de base, chaque fois qu’ils voient un patient de plus de 85 ans pour certains types d’examens », écrit le Journal de Montréal. Le quotidien montréalais mentionne également que ce supplément pourrait être revu.

Il s'agit d'une volte-face intéressante aux yeux de Me Paul Brunet, président-directeur général du Conseil pour la protection des malades.

« C’est intéressant, ce phénomène d’une certaine gêne avouée [chez les médecins spécialistes]. Je n’avais jamais vu ça, qu’une fédération vienne expliquer, presque s’excuser, pour l’entente signée », dit-il en rappelant la conférence de presse tenue jeudi dernier par Diane Francoeur, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

« On sent que le jupon dépasse. Les fédérations ne sont pas dupes et elles commencent à réaliser qu’il y a quelque chose qui n’a pas d’allure dans ce qui a été négocié. C’est comme si on donnait une prime aux policiers pour la dangerosité de leur métier. »

—  Me Paul Brunet