•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un Québécois dirige la Bourse du Pakistan

Le Québécois Richard Morin est récemment déménagé à Karachi pour occuper la fonction de chef de la direction de la Bourse du Pakistan.
Le Québécois Richard Morin est récemment déménagé à Karachi pour occuper la fonction de chef de la direction de la Bourse du Pakistan. PHOTO : Getty Images / RIZWAN TABASSUM/AFP/Getty Images
Publié le 16 février 2018

Le Québécois Richard Morin est déménagé récemment à Karachi pour occuper la fonction de chef de la direction de la Bourse du Pakistan.

« Un des objectifs de mon mandat est de réduire l’écart entre les pratiques internationales et ce qu’on trouve ici. Les Pakistanais sont dans la bonne direction, mais il reste encore des améliorations à faire. »

— Une citation de  Richard Morin

Il fait notamment référence aux faibles volumes de la bourse pakistanaise. « Ils devraient être beaucoup plus élevés qu’ils ne le sont en ce moment. C’est l’objectif de ma venue ici. Malgré ça, les rendements sont excellents. La Bourse du Pakistan a offert un rendement de 20 % par année depuis 10 ans. C’est excellent », indique-t-il.

La vie au Pakistan

Karachi n’est pas une ville sécuritaire comme Montréal ou comme d’autres grandes villes, mentionne Richard Morin quand il parle de sa vie là-bas.

« Il y a un certain niveau de danger. Des mesures sont prises pour assurer ma sécurité. [...] Je vis dans un club privé sécurisé et je suis toujours accompagné de gardes armés quand je me déplace. »

— Une citation de  Richard Morin

Le plus grand risque à Karachi est d’être victime d’un cambriolage, poursuit Richard Morin. « La protection qu’on m’offre tourne autour de ça. »

Il avoue être surpris par la facilité avec laquelle il s’intègre à sa nouvelle vie au Pakistan et souligne l’accueil chaleureux des Pakistanais. « Ils sont très heureux de voir un étranger être à la tête de leur bourse », dit-il.

Les bourses émergentes

Richard Morin raconte avoir été approché pour prendre la présidence du Pakistan Stock Exchange l’été dernier. Au terme de discussion, il a accepté l’offre cet automne et est déménagé à Karachi il y a environ un mois. Il doit y rester trois ans.

Au cours de sa carrière, le Québécois a notamment été chef de la direction de la Bourse de l’île Maurice dans les années 90, a mis sur pied une bourse régionale en Afrique de l’Ouest à la fin des années 90 et a fait de la consultation dans plusieurs marchés.

« Le monde des bourses émergentes est petit. J’ai un parcours dans les marchés émergents depuis une vingtaine d’années », mentionne M. Morin.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser