•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Guy Morin, de Tous contre un registre québécois des armes à feu

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 28 novembre 2017

Entrevue avec Guy Morin, de Tous contre un registre québécois des armes à feu

Une manifestation proarmes organisée près de Polytechnique mal accueillie

De longs fusils déposés sur une table.
Des armes à feuPHOTO : Radio-Canada
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 28 novembre 2017

Une manifestation proarmes prévue à la place du 6-décembre-1989 (Nouvelle fenêtre), un lieu de commémoration dédié à la tuerie de Polytechnique, est mal accueillie par les victimes de Marc Lépine. L'organisateur est conscient que son choix de tenir le rassemblement à l'angle du chemin Queen-Mary et de la rue Decelles, à Montréal, est controversé.

« Si on avait fait ça dans un sous-sol d’église ou dans le fond d’un bois à Maniwaki, c’est sûr que ça n’aurait pas attiré l’attention. »

— Une citation de  Guy Morin, porte-parole de Tous contre un registre québécois des armes à feu

Des propos qui sonnent comme des insultes aux oreilles des victimes de Polytechniques, dont fait partie Nathalie Provost.

« C’est un profond manque de respect envers les familles des victimes. C’est très choquant, mais ce sont des stratégies qu’on voit de plus en plus dans ces groupes-là. »

— Une citation de  Nathalie Provost, victime de Polytechnique

Contrôle des armes

Guy Morin ajoute que les membres de son groupe vont se rendre, le 2 décembre, à 4 jours du 28e anniversaire de la tuerie, pour manifester pacifiquement et de façon symbolique. L’homme considère qu’il n’y a pas de problème en ce qui concerne le contrôle des armes à feu.

« Il faut trouver de vraies solutions pour travailler sur les individus à risque. C’est là-dessus qu’il faut travailler. [...] Il commence à être temps qu’on arrête [...] de mettre tout sur le dos des 3 millions de propriétaires d’armes à feu [...] et qu’on trouve des solutions. »

— Une citation de  Guy Morin