•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du vendredi 20 octobre 2017

Demandes dans les Centres d'aides aux victimes d'actes sexuels : Entrevue

Augmentation des demandes d’aide dans les CALACS du Québec

Publié le 20 octobre 2017
Un homme touche le genou d'une femme
Une femme repousse la main d'un collègue qui lui touche la jambe.PHOTO : iStock

Mélanie Sarroino, agente de liaison pour le Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), remarque une augmentation des demandes d'assistance. Et elle espère, avec la médiatisation des cas allégués qui touchent des personnalités publiques, que d'autres victimes d'actes de nature sexuelle demandent de l'aide, et ce, même si les organismes manquent cruellement de fonds.

« On souhaite être débordés parce qu’on aimerait offrir du soutien au plus de personnes possible. [...] On remarque une augmentation de demandes d’aide, mais nous n’avons pas eu de déferlement de demandes. On souhaite cette fois-ci que ça prenne une plus grande ampleur. »

—  Mélanie Sarroino

Mélanie Sarroino considère que le mouvement #MoiAussi est de plus grande ampleur que les précédents, notamment en raison de la solidarité masculine.

« Il y a comme un crescendo. Tout le monde en a le ras-le-bol. Les femmes sont tannées. Elles commencent à faire entendre leur voix et à briser le silence de plus en plus. »

—  Mélanie Sarroino

Manque de ressources

Mélanie Sarroino précise que les CALACS n’ont pas les moyens financiers pour répondre à une demande plus forte, mais elle soutient que les organismes ont des stratégies pour pallier ce manque de ressources.

« L’annonce de la ministre [Hélène] David par rapport à l’aide de un million de dollars va peut-être aider un peu, mais ça ne vient pas régler le problème de base. »

—  Mélanie Sarroino

Elle ajoute toutefois que les organismes ne refuseront pas d’aide aux gens en crise ou en choc post-traumatique. « Ces demandes-là, on les reçoit en urgence », dit Mélanie Sarroino.

Pour obtenir de l’aide, il est possible de consulter le site web du Regroupement québécois CALACS (Nouvelle fenêtre) ou de joindre la ligne de ressources provinciales 1 888 933-9007.