•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Mohamed Labidi victime d'incendie criminel : Entrevue avec l'imam Hassan Guillet

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du jeudi 31 août 2017

Mohamed Labidi victime d'incendie criminel : Entrevue avec l'imam Hassan Guillet

L’incendie du véhicule du président du Centre islamique de Québec est un crime haineux, selon l’imam Hassan Guillet

L'imam Hassan Guillet
L'imam Hassan GuilletPHOTO : Radio-Canada
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 31 août 2017

L'incendie du véhicule du président du Centre islamique de Québec « enrage » et « attriste » l'imam Hassan Guillet. L'homme, qui est membre du Conseil des imams du Québec, considère l'événement comme un crime haineux.

« Dans ma tête, c’est un attentat islamophobe, un attentat criminel, un attentat haineux. »

—  Hassan Guillet

S’il est conscient que le Service de police de Québec doit être prudent dans la façon dont il traite l’affaire – la police parle d’un incendie criminel –, Hassan Guillet considère que les événements ne doivent pas être pris à la légère.

« Ça se répète. Pourquoi est-ce la voiture du président du Centre islamique? Pourquoi les excréments devant la mosquée? Pourquoi le colis [comportant une tête de porc] envoyé à la mosquée deux jours avant le référendum [du cimetière à Saint-Apollinaire]? Ça fait beaucoup de hasards! »

—  Hassan Guillet

Agissons tous ensemble
L’imam Hassan Guillet n’est pas surpris par l’incendie du véhicule, événement survenu dans la nuit du 5 au 6 août 2017.

« Ça fait un bout de temps qu’on voit certaines personnes qui ne veulent pas que le Québec soit une société unie. [...] Malheureusement, je ne dis pas que la situation se dégrade, mais elle ne s’améliore pas. Il y a certains groupes d’extrême droite qui agissent librement. »

—  Hassan Guillet

Il invite les citoyens à prendre conscience des événements et à travailler ensemble. « Il ne faut pas qu’on se croise les bras. Il y a une responsabilité collective. Les politiciens doivent agir avec des règlements et des lois. Les citoyens doivent être moins silencieux et s’activer pour isoler ces groupes », dit l'imam Hassan Guillet.