•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Femmes autochtones : Entrevue avec Michèle Audette

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 4 juillet 2017

Femmes autochtones : Entrevue avec Michèle Audette

L'équipe de l’enquête nationale sur les femmes autochtones vit une pression insoutenable

Michèle Audette lors de l'annonce sur l'Enquête nationale sur les femme et les filles autochtones disparues et assassinées, à Gatineau au mois d'août
Michèle Audette est l'une des cinq commissaires qui dirigent l'enquête nationale.PHOTO : La Presse canadienne / Justin Tang
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 4 juillet 2017

La démission de la directrice générale de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA), Michèle Moreau, constitue le cinquième départ depuis le début des travaux. La commissaire Michèle Audette parle de la pression exceptionnelle vécue par les membres de l'équipe.

Les membres de l'équipe de l'ENFFADA ont dû mettre en place l’administration et l’infrastructure de ces travaux, tout en répondant aux besoins des familles. L'équipe est aussi en relation avec les groupes autochtones et le gouvernement, notamment.

« Les gens veulent des résultats. Pour certaines personnes, c’est trop. Les autres [membres de l'équipe] sont encore là et j’espère qu’on va rester. Il faut le faire, parce que c’est historique. »

—  Michèle Audette

Plus de temps

Michèle Audette souligne que l’échéancier des travaux a pu jouer un rôle dans ces départs.

« C'est un mandat inhabituel. Il y a une pression que je n'ai jamais connue auparavant, autant à l'interne qu'à l'externe. »

—  Michèle Audette

L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a été mise sur pied en septembre 2016.

« Apparemment, toutes les fois qu’un gouvernement a mis en place une commission d’enquête, les gens ont vécu ce que l’on vit, sauf que c’est moins politisé, moins sensible. »

—  Michèle Audette

La directrice générale de l'ENFFADA, Michèle Moreau, a démissionné de ses fonctions vendredi dernier. Elle a invoqué des raisons personnelles.

Le groupe de travail de l'enquête doit déposer un rapport préliminaire à l’automne 2017. Le document final est attendu à l’automne 2018.