•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du vendredi 24 mars 2017

Entrevue avec Guy Ryan, ex-inspecteur au SPVM

Daphné Boudreault aurait dû être mieux accompagnée

Publié le 24 mars 2017
Daphné Boudreault, victime d'un meurtre à Mont-Saint-Hilaire.
Daphné Boudreault, victime d'un meurtre à Mont-Saint-Hilaire.PHOTO : Facebook/Daphné Boudreault

L'ex-inspecteur au Service de police de la Ville de Montréal Guy Ryan est catégorique : les policiers ne sont pas intervenus adéquatement dans l'affaire entourant le meurtre de Daphné Boudreault.

Dès qu’elle a fait appel aux policiers parce qu’elle se sentait menacée, ces derniers avaient assez de motifs pour procéder à l’arrestation, explique M. Ryan. Le travail revient ensuite à des enquêteurs d’évaluer la situation. Si la victime veut retirer sa plainte, elle doit s’expliquer devant le juge pour motiver sa décision.

« On doit l’accompagner », affirme M. Ryan. Il soutient qu’il faut regarder la situation dans son ensemble et que ce n’était pas la première fois que la victime faisait appel à la police. « Ce sont des éléments qui doivent être pris en compte. »

Daphné Boudreault était accompagnée d'une policière et de la conjointe de son père, mais elle a été la première à pénétrer dans le logement, avant d’être attaquée par son ex-conjoint. Guy Ryan précise qu’elle aurait dû être accompagnée par deux policiers, un qui s’occupe de la jeune femme, et un autre pour se charger de l’ex-conjoint. « Il y a tout un protocole. »