•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du jeudi 23 mars 2017

Meurtre de Daphné Boudreault : Entrevue avec Manon Monastesse

Homicide à Mont-Saint-Hilaire : la victime avait prévenu la police

Publié le 23 mars 2017
Daphné Boudreault a été assassinée à Mont-Saint-Hilaire.
Daphné Boudreault a été assassinée à Mont-Saint-Hilaire.PHOTO : Radio-Canada / Facebook

MISE À JOUR – Daphné Boudreault, âgée de 18 ans, qui a été assassinée mercredi à Mont-Saint-Hilaire, avait informé des agents de la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent qu'elle craignait pour sa vie. Ses collègues ont raconté que la police n'aurait pas jugé nécessaire d'intervenir. Toutefois, selon le récent témoignage du père de la victime, Daphné Boudreault était sous escorte policière lorsqu'elle est retournée à son domicile pour aller chercher ses effets personnels.

Toujours selon le père, l'agresseur se serait caché dans leur appartement en l'attendant. Daphné Boudreault est entrée en premier, et a été attaquée par son ex-conjoint. Une policière était présente, tout comme la conjointe du père.

Anthony Pratte-Lops, 22 ans, a été formellement accusé du meurtre prémédité de Daphné Boudreault, jeudi, au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Un appel à l'aide pris à la légère par les policiers?
Manon Monastesse, directrice de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes, souligne que les policiers disposent d’outils, notamment de grilles d’évaluation, pour les aider à déterminer les risques et, peut-être, prévenir des drames. Elle affirme que plusieurs drapeaux rouges ont été levés : « le fait que le jeune n’acceptait pas la séparation, […] qu’il la harcelait constamment, je crois même qu’il avait trafiqué sa ligne téléphonique, et tous les messages sur Facebook. Quand on met tout ça, un événement après l’autre, avec notre expertise, on voit très bien qu’il y avait un risque très élevé d’homicide. »

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a annoncé jeudi matin qu’il enquêtera sur l’intervention des policiers dans ce dossier. L’enquête sur le meurtre est quant à elle prise en charge par la Sûreté du Québec.

Tous les plus récents détails, ici.

Pour contacter la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes

Ligne SOS violence conjugale : 1-800-363-9010
(24 h par jour, 7 jours par semaine)

Site web : http://www.fede.qc.ca/ (Nouvelle fenêtre)