•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 14 mars 2017

Entrevue avec la criminologue et sociologue Maria Mourani

Lutte contre l'exploitation sexuelle des mineurs : plus qu'une question de mots

Publié le 14 mars 2017
Une prostituée négocie avec un client potentiel.
Une prostituée négocie avec un client potentiel.PHOTO : iStock

Afin d'intensifier la lutte contre l'exploitation sexuelle des mineurs, le Centre jeunesse de Laval et la police de Laval ont décidé de s'unir en s'attaquant à la terminologie. Maria Mourani, criminologue et sociologue, croit que ce ne sera pas suffisant pour régler le problème.

Dorénavant, le terme « fugueuse » devient « victime » et celui de « client » devient « abuseur ». « Ce n’est pas juste les mots qui changent les choses », affirme Mme Mourani. Elle soutient que les victimes doivent être mieux encadrées et avoir un accès facile et rapide à des psychologues et des sexologues.

Une problématique qui perdure

« Rien n’a changé, affirme Maria Mourani. Je vois toujours autant de filles sur le terrain qui se font recruter. » Elle remarque même que certaines jeunes sont en pire état que lorsqu’elles sont entrées en centre jeunesse. « C’est un indice que la machine met trop de temps à s’adapter, note-t-elle. C’est toujours et toujours le manque de ressources. […] Depuis deux à trois ans, on ne fait que tourner en rond. »