•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Manque de sport amateur à la télé : Entrevue avec Jean-Luc Brassard

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 7 mars 2017

Manque de sport amateur à la télé : Entrevue avec Jean-Luc Brassard

Les diffuseurs négligent le sport amateur, selon Jean-Luc Brassard

Jean-Luc Brassard à son micro
Jean-Luc BrassardPHOTO : Radio-Canada / Julien Lamoureux
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 7 mars 2017

« Ce n'est rien contre le hockey, c'est le sport national, mais évidemment, il y a d'autres sports aussi qui existent. » En moins d'un mois, deux athlètes québécois se sont distingués sur la scène internationale : Erik Guay est devenu champion du monde de slalom super-géant en février et, dimanche, c'était au tour d'Alex Harvey de devenir champion du monde du 50 km style libre de ski de fond. Pourtant, il a été impossible de voir ces triomphes en direct. Une situation inacceptable selon Jean-Luc Brassard, médaillé d'or en ski acrobatique aux Jeux olympiques d'hiver de Lillehammer en 1994.

L’ancien athlète olympique soutient que du temps d’antenne devrait être alloué aux sports amateurs. Il se souvient des Jeux olympiques d'hiver de Vancouver en 2010 alors que la diffusion de l’épreuve des bosses avait totalisé 41 % des parts de marchés.

« On veut les voir, ces athlètes; ils pratiquent des sports spectaculaires. Ces athlètes existent aussi hors des Jeux olympiques. »

— Une citation de  Jean-Luc Brassard

« La télé va mourir »

Jean-Luc Brassard est d’avis que les médias doivent miser sur le web, puisque la télévision est de moins en moins populaire, principalement chez les jeunes. Il croit que la webdiffusion est une bonne manière de montrer les exploits des athlètes et que les grandes fédérations commencent à se rendre compte que les choses doivent changer. « Le fait qu’il y ait de la webdiffusion, c’est un pas en avant. »