•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Projets de loi adoptés sous bâillon, le point avec Simon Jolin-Barrette

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du lundi 17 juin 2019

Projets de loi adoptés sous bâillon, le point avec Simon Jolin-Barrette

Adoption des projets de loi 21 et 9 : Simon Jolin-Barrette évoque une avancée historique pour le Québec

Le ministre de l'Immigration et leader parlementaire de la CAQ, Simon Jolin-Barrette, et le premier ministre François Legault se félicitent de l'adoption du PL 21, dimanche soir, au Salon bleu.
Le ministre de l'Immigration et leader parlementaire de la CAQ, Simon Jolin-Barrette, et le premier ministre François Legault se félicitent de l'adoption du PL 21, dimanche soir, au Salon bleu. PHOTO : La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 17 juin 2019

Au retour d'un week-end chargé où les projets de loi 9 sur l'immigration et 21 sur la laïcité de l'État ont été adoptés, le ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Simon Jolin-Barrette, croit que les Québécois peuvent être fiers.

« C'est une avancée historique pour le Québec », affirme Simon Jolin-Barrette.

Dès aujourd’hui, les personnes en position d'autorité ne peuvent plus porter de signes religieux dans le cadre de leurs fonctions. C’est le résultat de l’adoption ce dimanche du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État, un vote qui s’est terminé à 73 en faveur contre 35.

« Le projet de loi sur la laïcité donne à tous les Québécois le droit à des services publics laïques. On s’assure d’avoir un équilibre entre les droits collectifs et individuels. On s’assure d’inscrire la laïcité comme droit fondamental dans la Charte des droits et libertés de la personne », affirme-t-il.

À peine adoptée, la Loi sur la laïcité de l'État fera l’objet d’un recours qui sera déposé aujourd’hui par une étudiante en sciences de l’éducation et le Conseil national des musulmans canadiens ainsi que l’association canadienne des libertés civiles. Ils estiment que la religion est une compétence partagée entre le fédéral et le provincial, ce qui remettrait en question la légitimité d’une telle loi.

Un discours que conteste Simon Jolin-Barrette : « Ce n’est pas aux tribunaux de déterminer de quelle façon le modèle de société qu’on choisit doit s’établir. S’il y a contestation, le gouvernement du Québec sera présent devant les tribunaux pour défendre la validité de sa loi. »

Abandon de 18 000 dossiers d’immigration

Dans la nuit de samedi à dimanche, le projet de loi 9 sur l’immigration a également été adopté, abandonnant les quelque 18 000 dossiers d’immigration en cours.

Simon Jolin-Barrette défend un geste nécessaire : « On change le système de sorte que les personnes immigrantes choisies soient jumelées à une offre d’emploi ou au marché du travail. Ça évite d’avoir de hauts taux de surqualification ou encore des rêves déchus. »

Toutes les personnes souhaitant immigrer au Québec devront s’inscrire via le système Arrima.