•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Floraison tardive et augmentation des allergies ce printemps avec D. Seigneur

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mercredi 5 juin 2019

Floraison tardive et augmentation des allergies ce printemps avec D. Seigneur

La saison des allergies est de plus en plus longue

De nombreux Québécois souffrent d'allergies liées à l'herbe à poux.
Une femme éternue en raison de l'herbe à poux.PHOTO : iStock
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 5 juin 2019

Yeux qui piquent et qui coulent, nez bouché, éternuements à répétition et maux de tête sont autant de symptômes du rhume des foins. Si vous êtes comme un Québécois sur huit, vous aurez remarqué que les allergies sont particulièrement virulentes cette année.

Vous ne rêvez pas, les saisons des allergies sont de plus en plus pénibles en raison des changements climatiques, selon Dominique Seigneur, directrice des communications d’Allergies Québec.

La période durant laquelle les plantes produisent du pollen s’allonge, c’est donc dire qu’il y a du pollen en suspension plus longtemps dans l’atmosphère.

À ce moment de l’année, ce sont les graminées qui sont en pollinisation, alors que les arbres et arbustes n’ont pas encore terminé leur production de pollen. Au début du mois de juillet, c’est l’herbe à poux qui provoquera les allergies.

Pour éviter de trop souffrir des allergies, Mme Seigneur rappelle que la concentration de pollen est plus grande de 7 à 13 h. Il vaut peut-être la peine de changer son horaire ou de privilégier des activités d’intérieur pour éviter d’être trop exposé au pollen. Et on oublie la corde à linge!