•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du lundi 18 mars 2019

Entrevue avec Jean-François Lisée pour sa lettre ouverte

Jean-François Lisée se dit optimiste sur l'avenir du PQ

Publié le 18 mars 2019
Jean-François Lisée au micro de Catherine Perrin.
Jean-François LiséePHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande

Jean-François Lisée n'en démord pas : le Parti québécois n'est pas le parti d'une génération, et il reviendra à l'avant-plan de la politique québécoise. L'ancien chef se défend du même coup de torpiller le parti dans son livre à paraître cette semaine.

« J'aurais pu dire : "J'ai essayé, ça n'a pas marché, je m'en vais, débrouillez-vous." Mais ce n'est pas moi, ça », affirme M. Lisée.

L’ancien chef péquiste mentionne que son livre doit plutôt être perçu comme une réflexion sur son passage à la direction du parti et sur la débâcle électorale du 1er octobre 2018.

« Ce que je dis, c’est : “Voici les conclusions que je tire, voici ce que j’ai compris, ce qui a fonctionné, ce qui n’a pas fonctionné”, pour que ça puisse nourrir les débats pour l’avenir. »

Jean-François Lisée estime que le Parti québécois doit s'interroger sur la chute de la proportion de Québécois qui veulent l’indépendance, mais que cette réflexion ne lui sera pas fatale. Selon l'ancien chef, le parti pourra se redéfinir.

« Le vote pour la CAQ n'était pas un vote d'adhésion, mais un vote de rejet des libéraux et, accessoirement, un vote pour un certain nombre de promesses de la CAQ, qui par ailleurs ne sont pas tenues. Nous avons la certitude qu'il y aura des déçus de la CAQ, et le lieu de réception naturel [de ces déçus], c'est le PQ », ajoute M. Lisée qui prévoit une augmentation du nombre de députés du PQ à la prochaine élection.

Jean-François Lisée se dit aussi sceptique des conclusions de Catherine Fournier sur le parti et fait valoir que le meilleur endroit pour repenser le PQ, c'est au PQ.