•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du vendredi 28 décembre 2018

La sonde New Horizons : Entrevue avec Frédéric Pelletier ingénieur en aérospatiale

New Horizons : un Québécois aux commandes d'une sonde aux confins du système solaire

Publié le 28 décembre 2018
Représentation artistique de la sonde New Horizons dans le voisinage de l'astéroöde Ultima Thule.
Représentation artistique de la sonde New Horizons dans le voisinage de l'astéroïde Ultima Thule.PHOTO : NASA/JHUAPL/SwRI

La sonde New Horizons s'apprête à survoler l'astre le plus éloigné qu'a jamais visité l'homme, et c'est un Québécois qui la pilotera. Elle a mis 12 ans pour atteindre sa destination.

Frédéric Pelletier est ingénieur en aérospatiale, et c’est lui qui devra positionner la sonde New Horizons pour qu’elle puisse enregistrer les données pour lesquelles elle a été envoyée aux limites de notre système solaire. Le contact se déroulera le 1er janvier.

« C’est une mission qui est partie en 2006, qui a survolé Pluton en 2015 et qui est maintenant en direction d’un petit caillou qui est dans la troisième zone du système solaire, passé les planètes géantes. »

Ce petit caillou, c’est l'astéroïde Ultima Thulé, qui est situé à 6,6 milliards de kilomètres de la Terre. Frédéric Pelletier aura environ une minute pour positionner la sonde dans une boîte de 60 km2, à une vitesse vertigineuse de 14 km/seconde.

L’intérêt pour les scientifiques de se rendre si loin réside dans l’étude des corps célestes de cette zone du système solaire.

« C’est très éloigné, il fait très froid, et les corps célestes sont encore dans des conditions qui ressemblent à celles des planètes au début de la formation du système solaire. C’est comme un voyage dans le temps. »