•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique politique avec Chantal Hébert

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 23 octobre 2018

Chronique politique avec Chantal Hébert

L'« affaire Bombardier » fait des vagues au Canada

Elle porte  un veston jaune.
Denise Bombardier publie le livre Une vie sans peur et sans regretPHOTO : Radio-Canada / Karine Dufour
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 23 octobre 2018

Les commentaires de Denise Bombardier sur la francophonie ont fait des vagues partout au Canada dans les communautés francophones. De mémoire, il s'agit d'une rare réaction négative à des propos entendus dans une entrevue, estime Chantal Hébert.

« Les écoles de langue française de Vancouver ont les mêmes problèmes de surpeuplement que celles de Montréal, alors les gens du milieu là-bas disent : “Pour des gens qui ne sont pas sur le terrain, il faudrait vous demander qui peuplent nos écoles”. »

À Tout le monde en parle dimanche, Denise Bombardier a rappelé l'expression « cadavres encore chauds », utilisée par l'écrivain Yves Beauchemin, en 1990, pour décrire les minorités francophones à l'extérieur du Québec.

L’auteure a déploré l’effritement des communautés francophones hors Québec dans un débat engagé contre l’ancien premier ministre Jean Chrétien.

Or, pour Chantal Hébert, ce portrait n’est pas celui qui s’observe sur le terrain, alors que les écoles de langues françaises sont de plus en plus populaires, de l’Ontario jusqu'à la Colombie-Britannique.